Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

DEUX SOEURS VIVAIENT EN PAIX

de Irving Reis
Par François JUSTAMAND

SYNOPSIS : Susan, une jeune lycéenne, s’amourache de Dick, un séduisant artiste venu prodiguer un cours d’art dans son collège. Un jour, elle s’introduit chez lui en son absence et est surprise par sa soeur Margaret, qui reconnaît en Dick un prévenu accusé de tapage nocturne.



POINT DE VUE

C’est en pleine période sombre du McCartysme que le new-yorkais Irving Reis (1906 - 1983) tourne Deux soeurs vivaient en paix qui va connaître un grand succès populaire. Homme de radio à l’origine (fondateur de CBS), Reis entre en 1940 à la RKO comme réalisateur et y restera pendant douze ans. Il va y diriger une vingtaine de films dont les plus célèbres seront : Ils étaient tous mes fils (1948) avec Edward G. Robinson et Vous qui avez vingt ans (1949) avec David Niven.

Cary Grant, toujours sous contrat à la RKO, revient à son premier amour, la comédie, après une période de films plus dramatiques tels que Rien qu’un coeur solitaire (1944) et Les Enchaînés (1946). Dans Deux soeurs vivaient en paix, Grant a pour partenaires Myrna Loy, qu’il retrouvera l’année suivante dans Un million clés en main, et Shirley Temple qui n’est plus l’enfant star des années 30. Le sémillant acteur anglais interprète un personnage qui est, plus que jamais, manipulé par les femmes. Dans ce rôle, il y est, encore une fois, tout bonnement génial !

Les comédiens du doublage

Nombre de comédiens français se sont succédés pour doubler Cary Grant. Chaque distributeur ayant ses spécialistes attitrés en synchro. Ainsi, la RKO a vu défiler : Jean Chevrier, Jean Davy, Michel Gudin, Daniel Lecourtois, Jean Marchat, Maurice Mosnier, Marc Valbel et... Roger Tréville.

Ce dernier, de son vrai nom Roger Troly, a 45 ans au moment du doublage, mais son timbre de voix, ses intonations, ont un peu tendance à vieillir Cary Grant, pourtant presque du même âge (43 ans). La voix, plus légère, de Michel Gudin (il l’a doublé dans Mon épouse favorite) aurait été, peut-être, plus appropriée pour cette comédie ou bien encore celle de Jean Davy. Tréville doublera aussi Grant, entre autres, dans Chérie, je me sens rajeunir (1952) et Elle et lui (1957) mais il restera, pour beaucoup, la voix française habituelle de James Stewart dans un bon nombre de ses films : La Flèche brisée (1950), L’Homme qui en savait trop (1956)... et celle de Robert Mitchum dans Rivière sans retour (1954), La Nuit du chasseur (1955)... Parfaitement bilingue, il a tourné en 1966, dans le film américain, Comment voler un million de dollars avec Audrey Hepburn et Peter O’ Toole.