Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

PICKPOCKET

de Robert Bresson
Par Nicolas VILLODRE

SYNOPSIS : L’itinéraire de Michel, jeune homme solitaire, fasciné par le vol, qu’il élève au niveau d’un art, persuadé que certains êtres d’élite auraient le droit d’échapper aux lois.



POINT DE VUE

« Pickpocket est le premier film de Robert Bresson. Ceux qu’il a faits avant n’étaient que des brouillons ». (Louis Malle)

« Ce film n’est pas du style policier. L’auteur s’efforce d’exprimer, par des images et des sons, le cauchemar d’un jeune homme poussé par sa faiblesse dans une aventure de vol à la tire pour laquelle il n’était pas fait. Seulement cette aventure, par des chemins étranges, réunira deux âmes qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais connues. » C’est par ce texte que commence le film Pickpocket qui adapte et transpose très librement le roman de Dostoïevski Crime et châtiment. Michel (= Raskolnikov), irrésistiblement attiré par l’interdit, séduit par l’acte presque gratuit, le geste virtuose, s’estimant au-dessus des lois (un peu comme le Lafcadio de Gide ou comme les figures de voleurs de Georges Darien, Jean Genet, Sacha Guitry...), décide de devenir pickpocket professionnel, pour le plaisir (le vertige) de voler mais aussi pour l’excitation à l’idée de se faire pincer par la police qui le surveille de près.

Ce n’est pas la première fois que le thème du vol à la tire est abordé au cinéma. The Arrest of a Pickpocket (1895), film narratif britannique de Birt Acres, date des débuts du 7e art. Le Pickpocket mystifié (1911) de Paul Garbagni est un autre exemple pris parmi les primitifs français de la maison Pathé. The Pickpocket (1913) est un film américain dont on ignore tout, y compris le nom de l’auteur. Après guerre, peu avant celui de Bresson, Samuel Fuller signe un film d’espionnage anti-communiste, Pick up on the South Street (1953), joué par Richard Widmark et Jean Peters, qui contient une séquence remarquable techniquement détaillant un vol à la tire dans le métro. L’année suivante, l’Egypte produit Nachala hanem / La Femme pickpocket, film signé par Hassan El-Seify et interprété par la célèbre danseuse orientale Samia Gamal, qui figure aussi cette même année dans un autre film traitant du vol réalisé par Jacques Becker : Ali Baba et les quarante voleurs. Ce n’est donc pas la première fois que le sujet est traité, mais ici le vol à la tire est élevé au niveau d’un art. Le prestidigitateur Henri Kassagi, dont la légende veut qu’il ait été, adolescent, voleur lui-même, a été conseiller technique de Bresson et acteur dans son film. On pourrait presque dire chorégraphe, tant la précision et la coordination des gestes qu’il transmet au protagoniste et que Bresson dévoile au spectateur pour l’émerveiller et l’éveiller à la fois (à la foi ?).