De studios en studios je connus de nombreux « directeurs artistiques » ; parfois des acteurs reconvertis dans cet emploi (contraignant) qui demande non seulement de diriger, mais auparavant de préparer le plan de travail et de décider d’un casting, de concert avec le patron de la société. Je devins familier à pas mal d’employeurs et je commençai à beaucoup travailler.
Parmi ceux qui me furent chers : Richard Heinz, qui m’a souvent fait confiance en me distribuant sur des stars : Marlon Brando, Richard Harris, James Mason, Rod Steiger, etc. C’était un plaisir de travailler avec lui. Il a disparu il y a maintenant plusieurs années mais je pense souvent à lui. Jacques Barclay, ami depuis tant de temps. Même si nous avons moins l’occasion de nous voir, l’amitié demeure. Et Jacqueline Porel, première épouse de François Perier, qui apportait à la direction son beau talent de comédienne.

L’ambiance sur les « audis » était agréable. J’y rencontrai des camarades « vedettes de la synchro », comme on disait. Bons comédiens, mais qui avaient préféré se consacrer exclusivement à cette discipline, plus rémunératrice et surtout plus régulière que le théâtre. Ils étaient capables d’abandonner la scène, de renoncer à une proposition de pièce, de crainte de perdre leur prérogative sur le doublage de tel ou tel acteur pour lesquels ils n’auraient pas été libres. C’était leur choix. Moi je le regrettais pour eux, mais ils restaient de bons amis, comme surtout Jean-Claude Michel et sa femme Polka, que nous aimions retrouver en vacances. Avec aussi Jacques Deschamps, Jacques Thébault, René Arrieu (qui était quand même Sociétaire du Français). Ils étaient les voix de : Sean Connery, Clint Eastwood, Steve Mac Queen, Henry Fonda… et tant d’autres !

Pour ma part j’ai eu, je l’ai dit, Brando à qui j’ai été fidèle jusqu’à …sa mort. Steiger, Mason, Harris, Howard, mais encore Alberto Sordi (L’Argent de la vieille), le Japonais Toshiro Mifuné (Soleil rouge) etc…etc…Et celui qu’avec Brando, j’ai eu le plus de plaisir à doubler dans une excellente série Anglaise, John Thaw, plus connu du public sous le nom « d’Inspecteur Morse ». (A suivre) (Textes écrits par William et Marie-Aimée Sabatier. Tous droits réservés)