jeudi 26 juin 2008

SOUVENIRS DE DOUBLAGES (PARTIE 7/8)

Finalement, ce qui est essentiel c’est la qualité de la traduction du dialogue, qu’il faut préférer à une trop stricte recherche de synchronisme. Se méfier aussi du double sens que peut cacher une traduction trop littérale. Ainsi, dans une scène où un shérif se plaint de l’inimitié de son assistante : « Elle me déteste tellement que si on devait me pendre elle viendrait pour serrer mon nœud ».
C’est moi qui eu un jour à dire cette phrase. M’étant retourné vers le directeur :
- Qu’est-ce que je dis ?
- Tu dis ce qui est écrit.
- Tu ne crois pas que ça sonne un peu équivoque ?
- Euh … ! oui tu as raison.Tu vas dire : « Elle me déteste tellement que si on devait me pendre, elle viendrait pour me serrer le nœud ».
- Je ne sais pas si c’est mieux !
- Alors dis : « Elle viendrait serrer mon nœud coulant »
- Là c’est carrément la blennorragie !
- Qu’est-ce que tu proposes ?
- « Elle viendrait donner un coup de main au bourreau »
C’est ce qu’on enregistra, loin du texte original.

Dans une autre série, deux policiers près du cadavre nu d’une femme découverte assassinée dans un sous-bois. Le chef à son adjoint :
- « Je retourne au bureau, occupe-toi des frivolités ! »
Là il s’agit évidemment de la bévue de la calligraphe, qui a écrit « frivolités » à la place de « formalités ». (A suivre) (Textes écrits par William et Marie-Aimée Sabatier. Tous droits réservés)

mardi 24 juin 2008

Décès de Jacques Willemetz (1920-2008)

Nous venons d'apprendre le décès récent de Jacques Willemetz, grand directeur artistique de doublage mais aussi adaptateur, réalisateur, producteur et distributeur de films (de l'après-guerre aux années 70).

A la synchro, il a travaillé à la direction de nombreux films dès les années 40 : Le retour de Topper (ou La dernière enquête de M. Topper) film de 1941 mais sorti en France en 1946, la trilogie des Sissi (de 1955 à 1957), des films de la série des Jerry Cotton (de 1965 à 1969), La Bataille d'El-Alamein (1969), L'Affaire Matteotti (1973), Lady karaté : La tigresse aux mains d'acier (1976), jusqu'à des films plus récents tels que Terminator (1984), Coup double (1987) avec Kirk Douglas ou encore Robocop (1987).

Notre ami William Sabatier nous dit qu'il a souvent travaillé pour lui. Il a gardé le meilleur souvenir de deux doublages de films italiens en particulier : L'argent de la vieille (1972) et Un bourgeois tout petit petit (1977).

La Rédaction présente ses sincères condoléance à sa famille et à ses proches.

(Remerciements à Bruno Lais, Rémi Carémel, David Gential, Maurice Le Borgne et William Sabatier)

jeudi 19 juin 2008

"ILS ONT FAIT DU DOUBLAGE": GERARD PALAPRAT

Qui ne connaît pas « Pour la fin du monde » et « Fais mois un signe », jolies chansons très emblématiques du « flower power » post-mai 68? Ce que l’on sait moins, c’est que leur interprète, Gérard Palaprat, révélé dans la comédie musicale Hair, a fait un petit peu de doublage. Il nous a répondu avec beaucoup de sympathie sur cet aspect méconnu de sa carrière :

« J’ai fait un peu de post-synchro lorsque j'étais jeune, entre 12 et 16 ans (entre 1962 et 1966, NDLR). J'étais encore à l'école du spectacle (avec, notamment, les frères Maurin, NDLR). J’en ai fait principalement avec une production dirigée par Bernard Keller pour les romans-photos et qui me faisait faire aussi toutes les doublures des gamins dans des films de Sidney Lumet, notamment. J’ai aussi travaillé pour Richard Heinz (Lingua-Synchrone). J’ai doublé aux côtés de Michel Creton et Serge Sauvion, mais c'étaient des "vieux", ils avaient au moins vingt ans! (rires). C'était très bien payé. J'en ai fait pour les films dans lesquels je jouais en tant qu'acteur. Et puis c'est tout, ça n'a pas été une grande carrière. Mais c'était marrant, me faisait travailler et rencontrer d'autres comédiens et acteurs. »

DU NOUVEAU SUR LE SITE DE LA GAZETTE DU DOUBLAGE

Depuis hier, La Gazette du Doublage propose deux nouveaux articles dans sa rubrique « interviews » : une interview de Barbara Tissier (réalisée au cours du dernier Salon des Séries TV et Cinéma) et une de Richard Darbois (à l’occasion de la sortie du dernier Indiana Jones).

Pour des raisons d’effectifs, la cadence des articles est quelque peu ralentie ces derniers temps, et nous nous excusons auprès de nos lecteurs. A venir prochainement : un reportage au sein d’un auditorium d’un pays européen pas spécialement connu pour son doublage national, une interview d’un grand seigneur du théâtre et du doublage, et un compte-rendu du débat « doublage » du dernier Salon des Séries.

Sur le blog, une petite nouveauté : la rédaction dévoilera de temps en temps des informations inédites sur des artistes (comédiens, chanteurs, réalisateurs, etc.) ayant occasionnellement fait de la synchro, en des temps où la promotion des « doublages de stars » n’existait pas. Aujourd'hui: le chanteur Gérard Palaprat.