mercredi 18 juin 2008

SOUVENIRS DE DOUBLAGES (PARTIE 6/8)

Un des directeurs qui me firent confiance s’appelait Gérald Devriès. Chez lui on enregistrait « à l’image », ce qui veut dire qu’il n’existait pas encore la « bande rythmo », (sur laquelle est écrit le dialogue et qui, à partir d’un trait fixe appelé Start, défile sous l’écran en étant fidèle aux mouvements des lèvres de l’acteur). Il fallait se débrouiller pour être « synchrone » sans le confort qu’elle a apporté. Alors on avait des trucs, on se trouvait des repaires visuels : le personnage ouvre la bouche en même temps qu’il s’assoit, et finit sa phrase en sortant une cigarette de son étui. Ce n’était pas évident, il y avait des scènes complexes dans le rythme et dans le ton. Et on ne pouvait pas entendre le résultat. On faisait plusieurs prises puis le directeur disait "on tire celle-ci ou celle-là". Enregistrer un film prenait beaucoup de temps, alors qu’aujourd’hui on a l’écoute immédiate et le « numérique » permet toutes sortes de manipulations.

Gérald Devriès m’appela un jour pour me donner le script d’un film appelé Hoggar. Il m’y avait réservé le doublage d’un rôle important avec pas mal de texte, et souhaitait que je l’apprenne le mieux possible. Contrairement à ce qui se faisait d’habitude, il n’y avait pas eu de projection préalable. Le premier matin à neuf heures arrivèrent deux autres acteurs qui n’avaient pas non plus tourné dans ce film et qui, comme moi, venaient faire une synchro : Louis De Funès et Jacques Dufilho (pas encore célèbres). Dès la première image nous avions compris que Devriès avait un peu exagéré en nous demandant l’effort d’apprendre le texte. Le titre aurait dû nous éclairer : « Hoggar ». Tout le film se déroulait dans le Sahara. Il mettait en scène des Touaregs, le bas du visage voilé par le litham, ce qui annulait tout besoin de synchronisme. À nos protestations Devriès rétorqua : « Alors, et la respiration qui plaque le voile sur les lèvres ? » (A suivre) (Textes écrits par William et Marie-Aimée Sabatier. Tous droits réservés)

Interview de Barbara Tissier

L’édition 2008 du Salon des séries TV et cinéma a été l'occasion, pour La Gazette du doublage, d’inviter la comédienne Barbara Tissier pour un débat sur le doublage de la série Farscape. Elle a répondu présente car elle a souhaité que l’on rende hommage au doublage, dans son ensemble, car elle trouve que l’on parle beaucoup des stars mais que l’on oublie souvent ceux qui exercent leur métier avec talent dans le plus grand anonymat. Nous l’avons interrogé sur son parcours, son actualité (le dessin animé Horton), le « star talent » dans le doublage, les doublages Disney, et bien sûr Farscape… Rencontre avec une artiste dynamique et très professionnelle.

En attendant la publication de cette entrevue sur La Gazette, vous pouvez la lire sans attendre sur le site de l'association Sérialement Vôtre, organisatrice du salon :

http://www.serialement-votre.fr