Tuer n'est pas jouer marque une nouvelle ère dans la saga Bond. En effet, après 13 ans de bons et loyaux service, Roger Moore renonce au rôle qui a fait sa gloire au cinéma. Dès lors, il faut lui trouver un remplaçant à sa taille. On espère déjà Pierce Brosnan et on a le shakespearien Timothy Dalton (mais on évite Lambert Wilson !).
Le scénario du film s'inspire de la nouvelle de Ian Fleming Bons baisers de Berlin dont le titre anglais,The Living Daylights, difficilement traduisible, pose un casse-tête aux publicistes du distributeur français UIP. Après avoir songé, un temps, à appeler le film J'ai vu la mort de près, ils optent finalement pour la solution la plus commerciale que l'on connaît. La meilleure idée aurait sans doute été de l'appeler Mort aux espions, puisqu'il en est question au début du film (le jeu de rôles qui tourne mal à Gibraltar; un des meilleurs prégénériques de la série). Ce Bond cuvée 87 se révèle tout de même un bon cru, et est, sans doute, le meilleur des deux Bond/Dalton.

Lire notre interview d'Edgar Givry, la voix française de Bond/Dalton dans ce film :
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article3773

Tuer n'est pas jouer (1987)
Version française réalisé par S.I.S. (Société industrielle de sonorisation)
Direction artistique : Roger Rudel
Adaptation de Georges Dutter
Avec les voix de :
James Bond : Edgar Givry (Timothy Dalton)
Kara Milovy : Maryam D'Abo (elle-même)
Général Koskov : Feodor Atkine (Jeroen Krabbé)
Brad Whitaker : Jacques Ferrière (Joe Don Baker)
Général Pushkin : William Sabatier (John Rhys-Davies)
Kamran Shah : Daniel Russo (Art Malik)
Saunders : Nicolas Marié (Thomas Wheatley)
"Q" : Louis Arbessier (Desmond Llewelyn)
"M" : Philippe Dumat (Robert Brown)
Général Gogol : Roger Rudel (Walter Gotell)
Felix Leiter : William Coryn (John Terry)
Linda : Anne Kerylen (Kell Tyler)

(c) La Gazette du doublage - 2008