dimanche 21 février 2010

Interview d'Ingrid Donnadieu

Fille d'un acteur assez connu, Ingrid Donnadieu est une jeune comédienne à l'avenir prometteur. Elle a commencé le doublage dans les années 90 mais c'est principalement depuis 2005 qu'elle double des rôles importants au cinéma. On lui doit de suivre vocalement des actrices telles que Kate Hudson, Sienna Miller ou encore Zoë Saldana.

Nous avons interviewé Ingrid, en octobre 2009, lors du 6ème Salon des séries TV et cinéma dans le cadre d'un débat sur le doublage du Star Trek de J.J. Abrams. Cet entretien est à lire dans nos colonnes : http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article5276

vendredi 19 février 2010

Les Monty Pythons, sur scène, en VF

SPAMALOT ! (Ou les mésaventures délirantes & Pythonesques des Chevaliers de la table ronde... En Chansons Et in French dans le texte, ma bonne dame !)

Par Kevin Collette (élevé au lait de Pythons depuis tout petit)

Rendons à César ce qui est à César: non, Alexandre Astier et son Kaamelot n'ont rien inventé. Il n'y aura toujours qu'une et une seule réfèrence en matière d'OVNI Médievalo-Grââlo-comique : l'indémodable Monty Pythons & The Holy Grail, fruit du cerveau déjanté de ce groupe de Britons foldingues réunis dans un même amour du non-sens et du délire frappadingue...
La bande de cinglés a explosé depuis belle lurette (pour mieux se retrouver sur quelques Special Events gratinés – dont seuls hélas les fans américains ou British ont pu bénéficier jusqu'à ce jour. Avis aux amateurs) pour entreprendre des carrières solo couronnées de succès , au grand desespoir des adeptes de la Silly Walk...
Frappé par l'inspiration (qui nécessita douze point de sutures), Eric Iddle décida un beau jour de transformer le Sacré Grâal en... Comédie Musicale, un genre très prisé de l'autre côté de la Manche. Miraqueul : Spamalot ! Explose le Box-office londonnien, s'envole pour l'Australie, écrabouille Mamma Mia !, squatte Broadway... Et propulse Iddle et ses potes au firmament du Musical, à côté de Fred Astaire et Luis Mariano !!

Et chez nous, sympathiques mangeurs de grenouilles ridiculisés dans le film (et la pièce !) sous forme de gardes prognates au vocabulaire fleuri ? Ben chez nous, euh, la Comédie Musicale n'avait pas trop bonne Presse jusqu'à très recemment. Les Britons évitaient donc comme la Peste d'essayer de nous refourguer leur Blues Brothers – The Musical ' et autre délirant Return To Fordidden Planet. Même le cultisime Rocky Horror Show s'est cassé les dents sur le public Français...

Sans doute habité par l'esprit de Graham Chapman, le jovial Pierre-François Martin Laval (oui, celui des Robins des Bois) décide de relever le défi. Défi de taille, voire quasi mission impossible (je le soupçonne de s'être endormi devant le DVD du film... à force de le visionner en boucle, le Saint Homme).

Comment, en effet, retranscrire un humour non-sensique conçu par des British pour des British et avec des British ? Un peu comme si on demandait à Spielberg d'adapter Tintin au Cinéma ? (quoi, on me souffle que c'est fait ? Argll ) Joie et Bonheur inneffable : la version à l'exportation «  pour French audience only » de Spamalot ! fonctionne, et à deux cents à l'heure encore !! En adaptant subtilement le produit à notre culture de masse (Danse Bretonne en lieu et place des délires ethniques de la pièce d'origine, fines allusions à Zorro - the Comédie Musicale, au Roi Lion – pareil , au cassoulet et à Céline Dion – sans oublier la StarAc' et autres spécificités françaises qui me font honte) PEF (alias Pierre François Martin Laval. Que j'adore dans La Tour Montparnasse Infernale) a réussi l'exploit de ne PAS trahir l'esprit original ET de faire rire avec du materiel un poil... Abscon, dirons-nous...
Un énorme bravo donc à toute la troupe lobotomisée aux délires Pythonesques.

Les acteurs tout d'abord, pour qui il me faudrait une bonne douzaine de feuillets pour arriver à chanter leurs louanges respectifs... Qui multiplient les rôles et personnages délirants à tour de bras (avec private-joke à l'appui « Ben t'étais pas à la scène précédente ? Et qui voulais-tu qui interprète le Mage Tim , hein ? ») Mention spéciale au Roi Arthur, of course. L'ex PEF se donne à fond, manie Excalibur comme d'Artagnan, étripe le Chevalier Noir et emballe même la sublimissime Gaëlle Pinheiro (Oh que je le hais !). Rien à jeter. Chapeau bas ! A ses côtés la sexy Bomba médievale Dame du Lac ,incarnée donc par l'accorte Gaëlle donc. Qui se tape des solos de Chansons à rendre verte Lara Fabian ou Britney Spear. Bravobravobravo... Et aussi Olivier Denizet (Sir Robin le Preux), Philippe Vieux (Lancelot le Brave), Grégoire Bonnet (Bedevere), Arnaud Ducret (Galahad), sans oublier le clone de Terry Gilliam, le brave Patsy, incarné par Andy Cocq. Bravo itou aux danseuses fort jolies, à la chorégraphie enragée, aux décors « de toute bôtéé ». Un mot sur la direction musicale, signée Mathieu Gonet et fidèle à la note près aux livrets de Iddle. Entendre en 'Live' des musiciens jouer vaut tous les Taratatas du monde !

Bref, je pourrais continuer à vous narrer la geste ô combien sympathique de cette joyeuse troupe pendant des plombes, mais vous conseille plutot sur-le-champs d'appeller le Theatre Comedia - sis au 4 Bd de Strasbourg 75010 au 01 42 38 22 22 . Et dites que vous venez de la part de John Cleese...

dimanche 14 février 2010

Serge Sauvion (1929-2010)

Communiqué AFP (14/02/10) : Le comédien Serge Sauvion, connu notamment pour être la voix française de Peter Falk dans la série policière Columbo, s'est éteint samedi à l'âge de 80 ans, a annoncé dimanche une de ses filles Marie Sauvion.

L'acteur est décédé à son domicile d'Asnières (Hauts-de-Seine), a précisé sa fille.

Né à Paris le 18 février 1929, Serge Sauvion avait commencé sa carrière dans les années 1950 en interprétant un duo avec son ami Pierre Vaneck, décédé le 31 janvier dernier. Ensemble, ils lisaient des textes de François Villon et de Rabelais dans les cabarets.

Serge Sauvion a joué essentiellement pour le cinéma et la télévision. Il est Charlie dans le film de Joël Séria Charlie et ses deux nénettes (1973).

Mais c'était surtout un grand artiste du doublage notamment de séries américaines. Outre l'inspecteur Columbo, il était la voix de Peter Lupus dans Mission Impossible, de Stacey Keach dans Mike Hammer, de Robert Blake dans Baretta. Il a aussi doublé Burt Reynolds, Jack Nicholson, Richard Burton, Mickey Rourke... Il était aussi la voix de César dans les dessins animés d'Astérix.

"Pour faire de bons doublages, il faut avant tout être comédien", expliquait Serge Sauvion. Chaque voix se devait d'être une création artistique.

Le comédien avait eu l'occasion de rencontrer Peter Falk, le fameux lieutenant Columbo à l'imperméable froissé. "Entre nous, depuis les premiers Columbo dans les années 1970, c'est un mariage heureux", avait indiqué le comédien alors âgé de 60 ans dans une interview à France-Soir. "J'étais au chômage comme par hasard et il m'a permis de bouffer. Pour la première fois depuis mes débuts en 1950, je gagnais vraiment ma vie", avait-il expliqué.

Mais Serge Sauvion exprimait parfois un certain regret à être resté dans l'ombre de ses personnages. "Le doublage a en fait été pour moi un piège doré. J'arrivais le matin à 9 heures au studio, je travaillais quelques heures pour, au bout du compte, gagner pas mal d'argent. Voilà comment, un jour, on se retrouve à ne faire que ça", avait-il confié au quotidien Le Parisien il y dix ans.

(c) AFP - 2010

samedi 6 février 2010

Fils de Poseïdon

par notre correspondant Emile

Adapté des romans à succès de Rick Riordan, Le héros Percy Jackson fait son apparition au cinéma pour le plus grand plaisir de ses fans. Relativement moins nombreux en France qu’aux Etat-Unis, ses lecteurs revendiquent un nouveau style, bien différent des romans Harry Potter. En effet, les livres de Riordan réussissent le mélange de l’humour, l’adolescence et surtout de la mythologie présente dans notre monde moderne.

Salué par la critique, le premier tome se voit aujourd’hui adapté au cinéma et pas par n’importe qui… Monsieur Chris Columbus, réalisateur des deux premiers films d’Harry Potter. Le film se veut prometteur avec un casting impressionnant (Pierce Brosnan, Uma Thurman, Sean Bean, Logan Lerman…).

Synopsis officiel : Rassemblés au 600ème étage de l'Empire State Building à New York, les douze dieux de l'Olympe sont bien présents dans notre monde d'aujourd'hui, et pour preuve, ils ont créé une nouvelle race de jeunes héros mythologiques : les demi-dieux, des êtres mi-dieux mi-humains.
Percy Jackson (Logan Lerman), 17 ans et le don de s'attirer des ennuis, est l'un d'entre eux. Fils de Poséidon, il est accusé à tort d'avoir volé la foudre divine de Zeus, l'arme la plus puissante de l'univers. Autant dire que pour la récupérer, l'Olympe est prête à se déchaîner sur lui comme jamais ! Afin de prouver son innocence et éviter une guerre dévastatrice entre les dieux, Percy se lance dans une odyssée à travers le continent à la recherche du véritable coupable. Dans son périple, rejoint par son ami Grover le satyre (Brandon T. Jackson) et Annabeth (Alexandra Daddario), la fille d'Athéna, il va devoir affronter une cohorte de monstres et de créatures en tout genre, bien décidés à l'arrêter. Mais la mission de Percy ne s'arrête pas là, il devra également sauver sa mère des griffes du dieu des Enfers, Hadès...

La Twentieth Century Fox France et Dubbing Brothers ont eu la gentillesse de livrer à la Gazette, en exclusivité, le carton de doublage du film, en salles à partir du 10 Février 2010.

PERCY JACKSON, LE VOLEUR DE FOUDRE
Version française : Dubbing Brothers
Direction artistique : Thierry Wermuth
Adaptation française : Alain Delahaye
Enregistrement : Nicolas Pointet
Mixage : Fréderic Dray
Montage : Pierre Brouard
Avec les voix de :
Percy Jackson : Nathanel Alimi (Logan Lerman)
Grover Underwood : Diouc Koma (Brendon T. Jackson)
M. Grover/Chiron : Emmanuel Jacomy (Pierce Brosnan)
Annabeth Chase : Ludivine Maffren (Alexandra Daddario)
Luke : Axel Kiener (Jake Abel)
Hadès : Boris Rehlinger (Steeve Coogan)
Méduse : Odile Cohen (Uma Thurman)
Poseïdon : Alexis Victor (Kevin McKidd)
Sally Jackson : Martine Irzensky (Catherine Keener)
Gabe Ugliano : Jacques Bouanich (Joe Pentoliano)
Zeus : Patrick Bethune (Sean Bean)
Persephone : Annie Milon (Rosario Dawson)
Athena : Céline Monsarrat (Melina Kanakaredes)

(c) La Gazette du doublage - 2010