Cette photo nous montre les comédiens Georges Aminel et Pierre Vaneck sur scène en 1964 lors d'une des représentations de la pièce "Lorenzaccio" mise en scène par Raymond Rouleau au théâtre Sarah-Bernhardt.

Ceci est pour nous l'occasion de rendre hommage à Pierre Vaneck qui vient de nous quitter. Le site Seneweb dresse un beau portrait de sa carrière : "Pierre Vaneck est décédé dimanche à l’âge de 78 ans. Il aura marqué l’histoire du théâtre de ces cinquante dernières années. Ses origines familiales se trouvent en Belgique, mais c’est au Vietnam que nait Pierre Vaneck, le 15 avril 1931, son père est alors militaire. Sa carrière débute dans les années 50. Dans les cabarets de la rive gauche, il lit des poèmes de François Villon, d’ailleurs Sacha Guitry lui donne le rôle de Villon dans "Si Paris nous était conté" en 1955. Mais c’est Julien Duvivier qui lui donne en 1954 son premier grand rôle dans « Marianne de ma jeunesse ». Au théâtre sa carrière est d’une richesse inouïe. (...)" La suite est sur : http://www.sceneweb.fr/?p=1784

Pierre Vaneck, comme d'autres bons comédiens, s'est illustré lui-aussi ponctuellement dans le doublage. Il a prêté sa voix à Anthony Perkins dans Le Procès (1962), Sean Flynn dans Le temple de l'éléphant blanc (1964), Robert Duvall dans le premier doublage du Parrain (1972), William Devane dans Complot de famille (1976), James Woods dans le premier doublage d'Il était une fois en Amérique (1984), Alan Bates dans Mister Frost (1990)...

En ces douloureux instants, nous adressons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

(Remerciements à Christine Maline, Pascal Laffitte et David Gential)

(c) La Gazette du doublage - 2010