Sorti en France le 8 juillet 1981, quelques mois avant La Guerre du feu, le film de Carl Gottlieb Caveman ou L’Homme des cavernes, est une comédie préhistorique dont l’ex-Beatle Ringo Starr partage la vedette avec celle qui allait devenir son épouse, Barbara Bach. Bénéficiant d’un bestiaire animé image par image, n’ayant rien à envier aux créations de Ray Harryhausen, Caveman raconte les aventures d’Atouk (Ringo Starr) qui a la malchance de tomber amoureux de Lana (Barbara Bach), la compagne de Tonda (John Matuszak), le chef de clan aussi bête que musclé. Les dialogues de ce film ont la particularité d’être en langage des hommes des cavernes. Ainsi, « Atouk alounda Lana » signifie « Atouk aime Lana », tandis que la traduction la plus fidèle de l’expression « Zug-Zug » serait « faire crac-crac » !

Dans ces conditions, comment expliquer que les DVD disponibles (zones 1 et 2) proposent non seulement le choix entre plusieurs langues, mais aussi entre des sous-titres différents ? En ce qui concerne le choix des langues, on remarque que lorsque l’on permute de la version originale anglaise (ou plutôt en « langage des hommes des cavernes ») aux autres pistes sonores (français, espagnol), il n’y a de prime abord aucun résultat : les acteurs continuent à s’exprimer dans leur dialecte, sans être doublés. Toutefois, une seule scène, très brève, permet d’entendre un acteur se retrouvant doublé ! Lorsque Atouk fait la rencontre d’une autre tribu, Nook (Evan C. Kim), l’un des membres, plus évolué que les autres, se met à traduire en anglais les quelques mots dits par Atouk, comme « ami », « amour », etc. Il est fort probable que ce doublage ait été fait spécialement pour la sortie DVD et que par souci d’économie le même comédien fasse toutes les langues autres que l’anglais !
Le choix d’un sous-titrage différent de l’anglais est aussi pittoresque. Le sous-titrage « anglais » se contente de reproduire le langage des hommes des cavernes. Mise à part la scène avec Nook, nécessitant la traduction de quelques mots anglais, le sous-titrage « espagnol » est identique. Enfin, lorsque l’on permute sur le sous-titrage « français », c’est la même chose, à ceci près que l’expression de douleur « aiyee » devient « ouille » ! C’était bien la peine…

(c) La Gazette du doublage - 2010