Par l’intermédiaire du comédien Frédéric Norbert, nous venons d’apprendre que Martine Sarcey s’est éteinte le 11 juin 2010. Au théâtre, elle joua notamment plusieurs pièces de Jean Anouilh sous la direction de l’auteur et de Roland Piétri (Becket ou l’honneur de dieu en 1959, La grotte en 1961). Sa longue filmographie fut jalonnée de comédies, telles que Clérambard (1969), A nous les petites Anglaises ! (1976), Un éléphant, ça trompe énormément (1976), La vie parisienne (1977), L’hôtel de la plage (1978), P.R.O.F.S. (1985). A la télévision, elle participa à des séries populaires comme La porteuse de pain (1973), Les maîtres du pain (1993), et Dolmen (2005).

Mais c’est surtout dans l’art du doublage que la personnalité dynamique, la voix juvénile et flûtée de Martine Sarcey firent merveille sur de nombreuses actrices étrangères telles qu’Agostina Belli (Le grand escogriffe), Audrey Hepburn (Au risque de se perdre, La rumeur, My Fair Lady, La rose et la flèche, Always), Constance Towers (Les cavaliers), Deborah Kerr (Tables séparées), Elizabeth Montgomery (la série télévisée Ma sorcière bien aimée, le téléfilm Amos), Harriet Andersson (Cris et chuchotements), Jessica Tandy (Un homme Presque parfait), Joanne Woodward (Les feux de l’été, La brune brûlante), Julie Andrews (Elle), Julie Walters (L’éducation de Rita), Maggie Smith (Les belles années de Miss Brodie), Maria Schell (La ruée vers l’Ouest), Monica Vitti (La nuit), Natalie Wood (Bob et Carol et Ted et Alice), Piper Laurie (L’arnaqueur), Shirley MacLaine (Tendres passions), Sylva Koscina (Cyrano et D’Artagnan), Sylvana Mangano (La grande guerre).
Martine Sarcey était une comédienne absolument charmante ainsi qu’une très grande voix du doublage français. Nous adressons une pensée amicale à ses proches.

(c) La Gazette du doublage - 2010