A l'occasion de la sortie en Blu-ray du film Les Dix commandements, le magazine "Les Années Laser", dans son numéro d'avril/mai consacre un portrait/hommage au regretté comédien Georges Aminel qui prêtait sa voix à Yul Brynner dans ce chef d'oeuvre.
L'idée est venue au départ de notre ami et correspondant martiniquais, Eddy Edouard, ancien journaliste vedette à RFO, qui avait rencontré le comédien français et nous l'avait présenté il y a quelques années. Eddy a donc contacté le rédacteur en chef du magazine pour lui suggérer ce portrait et a ensuite orienté vers nous le journaliste de cinéma Bernard Achour puisque nous avions interviewé Georges Aminel avant la sortie de notre livre "Rencontres autour du doublage des films et séries TV" (Editions Objectif Cinéma - 2006).
Achour nous a questionné par téléphone sur la carrière du comédien dont le père était martiniquais et la mère picarde. Nous avons donc survolé son parcours en livrant quelques anecdotes qui ont particulièrement plus au jounaliste comme par exemple : C'est lors du doublage de La Comtesse de Hong Kong (dans lequel Aminel prête sa voix à Brando) que ses camarades de plateau ont lu dans le journal que Georges Aminel allait entrer à la Comédie-Française, suprême récompense !
Nous avons aussi appris au journaliste que les comédiens qui doublaient en français Gregory Peck et Lee Remick (Aminel et Arlette Thomas) dans le terrifiant La Malédiction étaient les mêmes que dans les premiers dessins animés de Titi et Grosminet !
Cependant, comme la fille du comédien nous l'indique, Bernard Achour a commis quelques erreurs dans son article : Georges Aminel n'est pas entré au Français à 35 ans mais à 45 ans (en 1967) ! Concernant Citizen Kane, il est mentionné qu'un doublage aurait eu lieu mais qu'Orson Welles se serait opposé à sa diffusion ("Le cinéaste refusa ensuite tout doublage de son film" ...). Nous ne lui avons pas parlé de cela. C'était le cas pour Vérités et Mensonges mais pas pour Citizen Kane ! Le journaliste a dû se tromper de film... Et pour finir, Georges Aminel n'est pas décédé le 20 mai 2007 mais le 29 avril 2007.
Comme le souligne Christine Aminel, qui est malgré tout enchantée qu'un article soit dédié à son père, il est dommage que ces petits détails n'aient pas été rectifiés avant la sortie du journal en en faisant parvenir une épreuve aux intéressés... Quoiqu'il en soit, on ne peut que remercier "Les Années Laser" d'avoir accepté l'idée de réserver une 1/2 page dans leur numéro au regretté comédien, voix légendaire du doublage.

(c) La Gazette du doublage - 2012