jeudi 27 juin 2013

DÉCÈS DE FRANÇOISE BLANCHARD (1954-2013)

Françoise Blanchard n’est plus de ce monde. Cette jolie comédienne blonde avait tourné quelques comédies qui fleuraient bon les années 80 : N’oublie pas ton père au vestiaire (1982), Les p’tites têtes (1982), On l’appelle catastrophe (1983), L’émir préfère les blondes (1983) et Le facteur de Saint-Tropez (1985).
Elle avait joué dans plusieurs films de Jean Rollin, un réalisateur curieusement bien plus respecté à l’étranger qu’en France. Elle avait tenu pour lui le rôle principal de La morte-vivante (1982), celui d’une héritière ressuscitée qui se met à boire du sang et à se repaitre de chair humaine. Dans le livret de 12 pages accompagnant le DVD américain de ce film, l’auteur Tim Lucas nous raconte que la performance de Françoise Blanchard était si intense et extrême que Jean Rollin avait failli l’interrompre lors de la scène finale, s’inquiétant de la santé mentale de la comédienne, avant d’être finalement rasséréné.

Elle avait aussi été l’interprète de deux péplums érotiques italiens de Bruno Mattei et Antonio Passalia, dans lesquels elle s’était doublée elle-même en français. En Agrippine dans Caligula et Messaline (1982), elle donnait la réplique à Dominique Paturel (doublant Vladimir Brajovic en Caligula), tandis qu’en Poppée dans Les aventures sexuelles de Néron et Poppée, elle doublait aux côtés de la fine équipe de l’auditorium Garcia-Ktorza.
A ce sujet, Françoise Blanchard avait fait de plus en plus de synchro dans les années 90, doublant notamment* :
-Tracey Ellis dans L’histoire sans fin 3 (1994)
-Madeleine Stowe dans Lune rouge (1994)
-Sarah Jessica Parker dans Allô la police ? (1999)

En qualité de directrice artistique, elle avait participé au doublage de nombreux dessins animés dans lesquels on pouvait aussi l’entendre :
-Cybersix (1999)
-Fantômette (1999)
-Totally Spies (2001-2007)
-Moi Willy, fils de Rockstar (2003)
-Martin Mystère (2003-2004)

Une comédienne ravissante et sympathique disparait soudain. In memoriam, Françoise Blanchard.

(*Remerciements à David Gential pour ses références voxographiques)

(c) La Gazette du doublage - 2013

dimanche 23 juin 2013

Absence de malice (1981)

Synopsis : Enquêtant sur une affaire de meurtre, le FBI compromet Michael Gallagher (Paul Newman), victime innocente mais fils d'un mafieux local de Miami, pour obtenir sa collaboration. Il manipule également Megan Carter (Sally Filed), une journaliste qui va écrire un article aux conséquences dramatiques sur Gallagher.

Dans ce film de Sydney Pollack, Jean-Claude Michel retrouve au doublage Paul Newman 8 ans après L'Arnaque (1973). Il le doublera à nouveau 5 ans plus tard dans La Couleur de l'argent (1986). Monique Thierry prête sa voix, comme souvent, à Sally Field. Par la suite, elle la doublera notamment dans Potins de femmes (1988), Madame Doubtfire (1993)...
C'est la comédienne Jacqueline Porel qui a été chargée de la direction artistique du doublage. L'année suivante, elle s'occupera d'un autre film de Pollack, Tootsie, pour lequel elle confiera le doublage de Dustin Hoffman à Jean-Pierre Cassel. L'adaptation française d'Absence de malice est signée par Anne et Georges Dutter.
Georges Dutter a commencé sa carrière de dialoguiste de doublage à la 20th Century Fox France, en co-adaptant avec Jacques Monteux (son parrain à la SACEM) quelques grands succès du cinéma américain : Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines (1965), L’Express du Colonel Von Ryan (1965)… Retraité maintenant, sa dernière adaptation a été pour Le Monde ne suffit pas (1999). Ses meilleurs souvenirs d'adaptation (et parfois de sous-titrage) concernent : Annie Hall (1977), Apocalypse Now (1979), Good Morning Vietnam (1988)… Un autre de ses meilleurs souvenirs a été de s’occuper du sous-titrage du film Cris et chuchotements (1973) d'Ingmar Bergman. Lors de la projection de contrôle, François Truffaut – un ami du producteur – était présent. Visiblement ému par le film, il a félicité Dutter pour la qualité de son travail. Une belle récompense !



(Remerciements à Christine M.)

(c) La Gazette du doublage - 2013

mardi 18 juin 2013

LES AVENTURES DE ROBINSON CRUSOE EN DVD

L’éditeur anglais Network a sorti en juin 2007 la série en 13 épisodes Les aventures de Robinson Crusoë, produite en 1965 par Franco London Films. La couverture du coffret 2 DVD nous apprend que les dernières copies restantes des épisodes en version anglaise ont été retrouvées par hasard dans des archives françaises. C’est cette version non sous-titrée que l’on trouve dans cette édition. Toutefois, en bonus, le premier épisode de la série est aussi proposé dans sa version originale française (avec des sous-titres en portugais incrustés sur la pellicule).

L’acteur autrichien Robert Hoffmann incarne de façon parfaite Robinson, le héros du romancier Daniel Defoe. On constate qu’il a été post-synchronisé pour les besoins de la version française par Jacques Torrens, comédien qui a été la première (et inégalable) voix du chien pleutre Scooby Doo dans les dessins animés seventies Hanna-Barbera. Torrens n'a que très rarement doublé des personnages principaux, mais a beaucoup travaillé comme directeur artistique et à l’instar de Jacqueline Porel, faisait souvent des petits rôles vocaux dans les doublages qu’il dirigeait.

Regarder en français le premier épisode de cette série, permet de constater la présence de comédiens familiers du doublage français, non crédités sur imdb dans la fiche, bien incomplète de la série. Ainsi, Philippe Ogouz (voix habituelle de Patrick Duffy) incarne Rodney, l’ami facétieux de Robinson, lors de flashes-back ramenant le héros loin de l’île sur laquelle il est prisonnier. De même, Jacques Berthier (voix habituelle de Raymond Burr) joue le père intransigeant de Robinson qui le pousse à entreprendre des études de droit. En s’éloigant de la synchro, notons que l’on repère parmi les amis de Robinson, aperçus le temps d’une courte scène, le comédien Philippe Bruneau, qui fera partie de l’équipe de Stéphane Collaro à la télévision dans ses émissions comiques des années 80.


Le générique français... avec les sous-titres portugais incrustés


Robert Hoffmann incarne Robinson Crusoë


Philippe Bruneau (au milieu) et Philippe Ogouz (à droite)


Jacques Berthier en Crusoë père

(c) La Gazette du doublage - 2013

dimanche 16 juin 2013

Les voix françaises d'Errol Flynn

Un nouvel ouvrage de la collection "Stars de l'écran" vient de sortir aux éditions Didier Carpentier. Il s'agit d'Errol Flynn – L'Homme qui inventa sa vie de Christian Dureau, auquel nous avons collaboré.

Après la rédaction des voxographies de Sean Connery (2006), Paul Newman (2007), Marilyn Monroe (2009), John Wayne (2010), Dracula (2011), Tarzan (2012), James Bond (2012) et Kirk Douglas (2013), nous avons rédigé un chapitre sur les voix françaises d'Errol Flynn. Nous présentons les différents comédiens qui ont doublé le célèbre acteur à la fine moustache parmi lesquels : Jean Davy, Jean Marchat, Jacques Erwin, Roger Rudel... Nous évoquons aussi les redoublages de certains de ses films des années 30 et 40.

Une fois de plus, nous ne pouvons que recommander aux cinéphiles et voxophiles de se procurer cet ouvrage de 142 pages, richement illustré et documenté (prix : 20,20€).

(c) La Gazette du doublage - 2013