Le comédien Georges Descrières nous a quittés le 19 octobre 2013 à 83 ans. Ancien sociétaire de la Comédie-Française, il avait connu une grande notoriété à la télévision en incarnant le héros de Maurice Leblanc, à savoir le Gentleman-cambrioleur Arsène Lupin, de 1971 à 1974, dans une série dont le générique était chanté par Jacques Dutronc. Quelques années après, il partageait la vedette avec Corinne Le Poulain puis Nicole Calfan dans la série policière Sam et Sally (1978-1980). Au cinéma, il n’avait pas vraiment eu de rôles aussi marquants qu’au théâtre et pour le petit écran. Dirigé par Bernard Borderie, il avait ainsi joué Athos en 1961 dans l’une des nombreuses adaptations des trois mousquetaires, il était aussi apparu aux côtés d’Audrey Hepburn pour Stanley Donen dans Voyage à deux (1967).

On remarque que les hommages qui lui sont actuellement rendus jettent un voile pudique sur l’incursion en fin de carrière de Georges Descrières dans le cinéma bis. Il s’était pourtant visiblement amusé à interpréter l’ecclesiastique envoyant le curé Paul Préboist en mission dans Mon curé chez les nudistes (1982), pas dupe une seconde du côté gentiment débile de ce long-métrage. Les hommages omettent également de mentionner que parfois, Georges Descrières avait fait de la synchro, en étant doté d’une voix distinguée, très « British », assez proche de celle de Gabriel Cattand. C’était lui qui prêtait sa voix à John Derek dans Les aventures de Hadji (1954), à Roger Moore dans Mélodie interrompue (1955), à Richard Attenborough dans La grande évasion (1963) et, sauf erreur, à Jack Palance dans Rewak le rebelle (1961).

(c) La Gazette du doublage - 2013