A l'occasion du centième anniversaire de la naissance du comédien et cinéaste Orson Welles, la chaîne Arte vient de diffuser deux films réalisés par le Maître : La Dame de Shanghaï (1947) et La Soif du mal (1958).

Dans le premier, il s'agit du doublage d'époque dans lequel Welles est doublé par Claude Bertrand qui doublera plus tard Roger Moore à partir de la série tv Le Saint - et Rita Hayworth à la voix grave de Raymonde Devarennes, comme dans Gilda.

Notons que dans ses autres films, Welles a souvent été doublé par notre ami le talentueux Georges Aminel qui a aussi prêté sa voix notamment à Yul Brynner et à Gregory Peck ainsi qu'aux personnages de Dark Vador et de Sylvestre alias Grosminet.

Quant à La Soif du mal, bien qu'un doublage d'époque existe avec Paul Bonifas sur Orson Welles, Jean-Claude Michel sur Charlton Heston (comme dans Ben-Hur) et Jacqueline Carrel sur Janet Leigh, Arte a choisi de diffuser le second doublage réalisé pour le nouveau montage du film et sa restauration vers 1999 (avec près de 10 mn en plus). On peut déplorer que le doublage de la version cinéma ne soit plus diffusé depuis l'apparition de ce redoublage qui devient maintenant la seule VF en circulation.

C'est Michel Tureau qui s'est chargé de la distribution française et la direction artistique de ce redoublage. Il a choisi le comédien Mike Marshall (1944-2005) (photo à gauche) que l'on a vu notamment dans La Grande vadrouille (1966), Moonraker (1979) et Le Coup du parapluie (1980) pour doubler Orson Welles. Il faut avouer que le résultat est très bon et Marshall nous gratifie d'une brillante composition. Tureau nous précise que "Mike Marshall a joué avec un doigt sur la joue" pour se rapprocher de la voix en VO. Marie-Christine (Maïk) Darah est également un bon choix sur Marlene Dietrich et Mercedes McCambridge. Magalie Barney s'en sort aussi plutôt bien sur Janet Leigh. Nous sommes plus réservés sur le choix de Christian Visine qui selon nous ne remplit pas le personnage interprété par Charlton Heston; sa voix est trop légère. Nous sommes sans doute trop habitués à entendre parler Heston en français avec la voix virile du magistral Jean-Claude Michel.

Tureau nous précise qu'il fait son casting par rapport à la VO. Si la VF d'époque existe, il ne souhaite pas l'écouter pour ne pas être influencé. Pour l'anecdote Tureau a aussi dirigé Mike Marshall dans le redoublage de Pour qui sonne le glas dans lequel le fils de Michèle Morgan prête sa voix à Gary Cooper, rien que ça !

Pour conclure, signalons que Michel Tureau a dirigé les redoublages d'un certain nombre de films anciens parmi lesquels ceux avec les Marx Brothers : L'Explorateur en folie (1930), Plume de cheval (1932) et La Soupe au canard (1933) dont nous parlerons sans doute lors d'un prochain article.

Remerciements à Michel Tureau, interviewé vers 2005

(c) La Gazette du doublage - 2015