Nous venons d'apprendre avec stupeur le décès du comédien Patrick Floersheim.
Fils de diplomate, il est habitué aux voyages et a l'occasion de vivre aux Etats-Unis et au Brésil durant son enfance. Parlant couramment l'anglais, il débute au cinéma et tourne des rôles secondaires dans des productions américaines, notamment dans Marseille Contrat (1974) et dans Moonraker (1979).
C'est à la même époque qu'il commence à faire du doublage, pour des rôles importants. Il prête ainsi sa voix à Mel Gibson dans Mad Max (1979), à Kurt Russell dans Le Roman d'Elvis (1979) ainsi qu'à Dustin Hoffman dans Kramer contre Kramer (1979) sous la direction de Jacqueline Porel qui l'appréciait beaucoup. C'est elle qui lui proposera de doubler Robin Williams, notamment dans Good Morning Vietnam (1987) et Madame Doubtfire (1993).
Les années 80 sont favorables à la carrière de Floersheim puisqu'il joue le rôle principal du film français Je hais les acteurs (1986) et va prêter sa voix également à Arnold Schwarzenegger dans Le Contrat (1986), Dennis Hopper dans Blue Velvet (1986), Peter Weller dans Robocop (1987), Tom Berenger dans Né un 4 juillet (1989)...
En 1988, il commence à doubler Michael Douglas dans Liaison fatale et va le suivre vocalement dans près d'une trentaine de films, comme dans les excellents thrillers Basic Instinct (1992), The Game (1997) et Présumé coupable (2009).
Mais Douglas n'est pas le seul acteur que Floersheim va doubler régulièrement puisqu'il y a aussi Jeff Bridges (Tucker), Ed Harris (Rock), James Belushi (Double détente), Chris Cooper (American Beauty), Willem Dafoe (Danger immédiat), Geoffrey Rush (Pirates des Caraïbes), Michael Chiklis (The Shield) et bien d'autres !
Patrick Floersheim aimait également diriger les comédiens. On lui doit notamment la direction artistique des doublages suivants : la série Weeds (2005-2014), Wallace et Gromit : Le Mystère du Lapin-Garou (2005), Green Zone (2010)...
En 2014, Patrick prouve, s'il en était encore besoin, qu'il n'est pas qu'une "voix de doublage" mais un grand comédien, tout simplement, en interprétant sur scène un de ses derniers rôles dans Le Manuscrit de Rembrandt au théâtre de l'Essaïon.
Toutes nos pensées vont à Magali Barney, sa compagne, à sa famille et à ses amis.

(c) La Gazette du doublage - 2016