mardi 26 décembre 2017

14ème Salon des séries et du doublage : Un grand succès !



Le 14ème Salon des séries et du doublage de novembre 2017 : La conférence Générations doublage avec Damien Boisseau, Hélène Bizot, Laurence Badie et Daniel Lafourcade (ci-dessus) et celle sur Les Grandes voix du doublage avec Michèle Buzynski, Benoit Allemane et Virginie Ledieu (ci-dessous), ont été un grand succès grâce à la participation de ces comédiens, et à celle du public présent en nombre.



Nous vous donnons rendez-vous maintenant au 4ème Printemps des séries et du doublage, le samedi 17 mars 2018 !

(c) La Gazette du doublage - 2017

samedi 2 décembre 2017

Décès de Lily Baron (1921-2017)

La comédienne Lily Baron est décédée début novembre. Elle était la veuve de l'acteur Jacques Berthier qu'elle avait épousé en 1947 (il est décédé en 2008), lui aussi comédien bien connu au cinéma et au doublage (il avait prêté sa voix à David Niven, Raymond Burr et Gregory Peck). Elle était née en 1921, la même année que ses camarades Roger Rudel et Jean-François Laley qui nous a aussi quittés cette année.

Nous avions conversé avec Lily Baron et Jacques Berthier il y a une quinzaine d'années. A Nice, Lily avait été l'élève de Pierrette Caillol, l'épouse de l'auteur et réalisateur Yvan Noé. Elle avait fait ses débuts à la synchro pendant la guerre, toujours à Nice (en zone libre jusqu'en septembre 1942), où quelques films y avaient été doublés. Elle avait prêté sa voix à Judy Garland, très certainement pour le film de la MGM Place au rythme (1939) doublé par Léo Laks (source le Film français n°56 du 28/12/1945). Pendant la même période, elle avait aussi doublé la jeune Virginia Field dans La Valse dans l'ombre (1940). Lily Baron se souvenait aussi que l'auteur de doublage Charles Dorat était présent sur l'un des plateaux. On peut donc penser qu'il avait signé l'adaptation française d'un ou l'autre de ces films.

Lily Baron était ensuite montée à Paris en 1943 et avait tourné dans quelques films après la Libération. Dans les années 50, elle s'était remise à la synchro. On l'a entendue sur la sœur de Sissy dans les films d'Ernst Marischka, sur Deborah Kerr dans Tant qu'il y aura des hommes (1953), sur Barbara Bel Geddes dans Sueurs froides (1958)... Durant la décennie soixante, elle avait enchaîné les doublages : Senta Berger dans L'Ombre d'un géant (1966) et Suzanne Pleshette dans les Disney Quatre bassets pour un Danois (1966) et Le Fantôme de Barbe noire (1968) au côté de Dominique Paturel sur Dean Jones, et surtout Linda Thorson alias Tara King dans la série Chapeau melon et bottes de cuir (à partir de 1968) au côté de Jean Berger sur Patrick Macnee. On se souvient aussi d'elle dans la série La Petite maison dans la prairie (à partir de 1976) dans laquelle elle prêtait sa voix à Katherine MacGregor alias Harriet Oleson au côté de notre regretté ami René Renot (la voix française de M. Oleson). Plus récemment, elle avait aussi doublé la grand-mère Fa dans Mulan (1998) ou encore Geraldine MacEwan dans la série Miss Marple (à partir de 2004).

Lily Baron était une charmante comédienne qui a marqué de son empreinte vocale les films et les séries pendant plus de 60 ans. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

(Remerciements à M. Berard pour la photo)


(c) La Gazette du doublage - 2017