Nous venons d'apprendre le décès du comédien Jean Lagache, 86 ans, survenu en janvier dernier. A la fin des années 40, il suit les cours de Marie Ventura, sociétaire de la Comédie-Française. Il débute au théâtre au début des années 50 dans Le Sabre de mon père, une pièce mise en scène par Pierre Dux. Parallèlement, il tourne pour la télévision, notamment sous la direction de Jean Kerchbron. Dans les années 60, il est dans la troupe de Jean-Louis Barrault au théâtre de l'Odéon pour quelques classiques du Répertoire (Shakespeare, Marivaux...). C'est à cette époque que Jean Lagache commence à faire de la synchro. D'abord sur des seconds rôles - il double des acteurs comme James Donald dans La Grande évasion (1963) ou encore George Chakiris dans Mission 633 (1964) - il accède à un premier rôle dans la célèbre série Daktari (dès 1969 sur l'ORTF) dans laquelle il prête sa voix à Marshall Thompson. En 1969, il commence à doubler Clint Eastwood dans La Kermesse de l'Ouest qu'il suivra jusqu'à L'Evadé d'Alcatraz (1979). Par la suite, il prête sa voix à d'autres acteurs chevronnés : Oliver Reed (La Poursuite implacable), James Mason (Le Ciel peut attendre), Max Von Sydow (Hanna et ses sœurs), Jeremy Irons (La Maison aux esprits), Christopher Plummer (Nuremberg), Roger Moore (Stratégiquement Vôtre), Nielsen (Y a-t-il un flic pour sauver l'humanité), Alan Arkin (Détention secrète)... En 1990, il double Paul Newman dans Mr and Mrs Bridge de James Ivory (version française dirigée par Bruno Lais) au côté de sa compagne de l'époque Jocelyne Darche qui prête sa voix à Joanne Woodward, l'épouse de Newman. Précisons qu'au doublage, Jean Lagache n'a pas été que comédien; il a aussi dirigé pour le compte de plusieurs sociétés. Ainsi, on lui doit notamment la direction artistique des premiers films de Star Trek (à partir de 1980) et de Tarzan, l'homme singe (1981) de John Derek.

(Remerciements à David Gential, Michel Vigné et Maurice Le Borgne. Photo : Jocelyne Darche)

(c) La Gazette du doublage - 2018