L'Union professionnelle des auteurs de doublage a annoncé fin mai le décès de leur confrère Patrick Siniavine. On lui doit les versions françaises de nombreux films pour le cinéma (Raison et Sentiments, À la rencontre de Forrester, Le Patriote, Les quatre filles du Docteur March…), de classiques pour la télévision (voir les exemples ci-dessous), de téléfilms comme Orgueil et préjugés, Jane Eyre, ou encore de séries très populaires comme Wallander ou X-Files. Il était également directeur artistique de doublage et vice-président du syndicat national des auteurs et des compositeurs.
Nous avions rencontré Patrick Siniavine en 2000 aux studios Dubbing Brothers à l'occasion du doublage de l'épisode crossover entre X-Files et Millenium. Nous écrivions à l'époque : "Patrick Siniavine dirige cet épisode d’X-files. Il en a également signé l'adaptation, tout comme pour le film sorti il y a deux ans et dont il s'est occupé aussi des sous-titres. Il nous précise qu'il ne dirige principalement que les épisodes dont il écrit l'adaptation, et qu'il fait parti du syndicat des auteurs. Il regrette que les gens qui s’intéressent au doublage ne font pas grand cas en général de l'adaptation. Il reconnaît que dans le doublage, le travail des comédiens a un côté plus ludique pour le (télé)spectateur qui s'y intéresse que celui de l'écriture à proprement parlé. Dans l'épisode Millennium, il a astucieusement adapté une chanson américaine que fredonne le tueur par Les Feuilles mortes de Prévert."
Par la suite, nous avions recontacté monsieur Siniavine dans le cadre de nos recherches sur les redoublages - ou doublages tardifs - d'anciens films. Il nous avait communiqué qu'il avait adapté en français les films suivants, pour la plupart sortis en DVD aux Editions Montparnasse : Horizons perdus, L'impossible Monsieur Bébé, Les deux visages du Docteur Jekyll, La revanche de Frankenstein, Rendez-vous avec la peur, Berlin Express, Sylvia Scarlett, Desperate, Servitude humaine, La Fureur d'aimer, Holiday Affair, Geronimo, Andersonville, La Fille en blanc...

(c) La Gazette du doublage - 2018