La triste nouvelle vient de tomber et elle nous laisse sans voix: Patrick Poivey nous quitte à l'âge de 72 ans. Il était l'un des comédiens les plus talentueux de ce métier. Depuis les années 80, sa voix nous était familière, aussi bien au cinéma qu'à la télévision. On l'a entendu sur de nombreux acteurs parmi lesquels Don Johnson, Tom Cruise et, bien sûr, Bruce Willis.

Nous avions rencontré Patrick au début des années 2000 à l'occasion de la préparation de notre ouvrage "Rencontres autour du doublage des films et séries TV" pour lequel nous l'avions interviewé. Il avait immédiatement accepté. Nous nous étions donnés rendez-vous devant la Gare St Lazare pour un entretien et une séance de photo improvisée. Ce Titi parisien était un homme sincère, humble et chaleureux, très sensible aussi. Ses yeux clairs respiraient la bienveillance.

Patrick nous a parlé de sa naissance dans le quartier de Montparnasse, puis, après son Bac Mathelem (l'ancien Bac scientifique), il s'est inscrit en Fac de médecine. Hélas, lors de cette première année, il a été victime d'un grave accident de voiture qui l'a profondément marqué. Deux ans plus tard, il a intégré le fameux Cours Simon. Il avait 18 ans et demi.

A l'âge de 25 ans, il joue la pièce Le directeur de l'opéra avec Paul Meurisse. Celui-ci lui propose de rencontrer Richard Heinz, surnommé le Prince du doublage, patron de la société Lingua Synchrone. "Au début, j'ai assisté aux enregistrements avec les plus grands : Monsieur Paturel, Georges Aminel, Roger Carel, etc. Je me demande comment ils faisaient pour doubler. Moi je n'y comprenais rien ! Au bout du deuxième jour, Richard Heinz et les comédiens m'ont poussé devant le micro pour doubler un jeune lieutenant. Ce que j'ai fait, et en m'écoutant je n'ai pas reconnu ma voix ! Mais Richard Heinz a été satisfait et il m'a rappelé par la suite pour m'offrir de plus grands rôles. Je remercie encore les grands comédiens de cette époque qui m'ont appris à travailler tel que Jean-Claude Michel, un seigneur absolu. Il a été mon directeur artistique sur quelques films. Je lui dois beaucoup."

Sinon lorsqu'on lui demandait comment il avait été choisi pour doubler Willis, Johnson et Cruise, il répondait : "J'ai passé des essais ! Il y a des rencontres avec des acteurs à l'écran et c'est toujours le fruit du hasard. Les comédiens qu'on essaie d'imposer sur une star, ça ne marche jamais. Le seul juge, c'est le public qui paye sa place de cinéma. Il faut aussi avoir la chance de tomber sur des séries qui marquent." Et il ajoutait : "Je prends du plaisir à doubler tous les acteurs, qu'ils soient des stars ou pas. Mon métier, c'est d'être d'une humilité absolue et d'essayer de les abîmer le moins possible. On me donne la chance d'être quelqu'un d'autre. Arriver à donner 80% de l'original, c'est déjà de l'ordre du miracle."

Patrick Poivey était avant tout un être généreux, un formidable comédien qui laisse derrière lui un grand vide. Sa famille, ses amis et ses admirateurs le pleurent et ne l'oublieront pas.

(Remerciements à Sylvie Feit)

(c) La Gazette du doublage - 2020