(Jenny Gérard entourée d'Olivier Martret (à gauche) et de Kelyan Blanc (à droite),
comédiens, voix françaises de Ron et Harry Potter)

C'est avec tristesse qu'on nous a informés le 14 décembre dernier du décès de notre amie Jenny Gérard, la directrice artistique de doublage bien connue qui a œuvré dans le doublage de 1966 à 2013.
Jenny commence sa carrière dans le cinéma à la fin des années 50. Lors de la sortie du dessin-animé Le Chaînon manquant de Picha en 1980, Jenny se présente elle-même : "J'ai été assistante de production, secrétaire de production, directrice de production... et me voici productrice."
En effet, après avoir été impliquée dans bon nombre de productions cinématographiques, de J'irai cracher sur vos tombes, réalisé par son vieux complice Michel Gast, au Gendarme de Saint-Tropez, elle se tourne principalement vers l'industrie du doublage à partir de 1967, toujours avec Gast, au travers de leurs sociétés SND, PM Productions et L'Européenne de doublage. Ensemble, ils vont se charger des doublages des plus grands films américains (elle pour le choix des comédiens et en alternance avec Gast à la direction artistique) de Butch Cassidy et le Kid aux Incorruptibles en passant par la trilogie de Retour vers le futur et les Harry Potter, la liste est très longue.
J'ai plusieurs souvenirs personnels de Jenny. La première fois que je l'ai rencontrée, en 1999, sur un plateau à Sonodi où j'ai été convié par Lori Rault, alors directrice technique de Warner, pour assister et faire un reportage sur le film Wild, Wild West, le pastiche de la série Les Mystères de l'Ouest. J'ai été impressionné par sa façon de diriger ses comédien, "une main de fer dans un gant de velours" ai-je écrit à l'époque dans les colonnes de la newsletter La Gazette du doublage. Ce plateau a été pour moi l'occasion de rencontrer les comédiens Lucien Jean-Baptiste, Jean-Philippe Puymartin, Virginie Ogouz et l'ingénieur du son Jean-Paul de Goury.
Par la suite, Jenny m'a permis d'interviewer le regretté Claude Giraud sur le plateau du Harry Potter, Le Prince de sang-mêlé, doublage enregistré à Cinéphase, et le grand Richard Darbois, parrain d'une promotion d'élèves de l'école du doublage que Jenny a montée à cette époque.
Je suis aussi heureux de l'avoir reçue au Salon des séries et du doublage en 2011 pour rendre hommage à sa carrière car c'était bien mérité. Elle a été mon invitée d'honneur, entourée de quelques-uns des comédiens qu'elle a fait travailler.
Une grande dame du doublage nous quitte. De nombreux comédiens lui doivent beaucoup. Mes pensées vont à Maxime, son époux depuis 37 ans.

(c) La Gazette du doublage - 2020