dimanche 31 janvier 2010

Le retour de Sherlock Holmes au cinéma

Londres, 30 janvier 2010 (AFP) - Réalisé par Guy Ritchie, Sherlock Holmes qui sort mercredi en salles, réunit Robert Downey Jr et Jude Law dans un film d'action bien mené, qui fera découvrir aux plus jeunes le célèbre détective britannique créé par sir Arthur Conan Doyle.
Produit par le studio américain Warner Bros, ce long métrage réinvente le héros né en 1887 en lui donnant un air plus moderne, dynamique et bohême, qui selon ses créateurs, n'en est que plus fidèle à l'original littéraire.
"Nous avons décidé très vite que pour faire ce film, il fallait dépoussiérer un peu le personnage et créer ce que nous estimions être un authentique Sherlock Holmes de Conan Doyle, sans l'influence de symboles préexistants", affirmait Guy Ritchie à la presse, mi-décembre à Londres, à l'occasion de l'avant-première du film.
Dans cette opération de toilettage, certains admirateurs des aventures du détective pourraient regretter de voir disparaître la casquette en daim du héros ou la célèbre réplique "Elémentaire, mon cher Watson" popularisée par les innombrables adaptations cinématographiques et télévisées.
Toutefois, le héros ne la prononce dans aucun des quatre romans et 56 récits courts publiés par sir Conan Doyle.
Excentrique et dévoré par ses démons intérieurs, le Sherlock Holmes incarné par l'Américain Robert Downey Jr -- qui prêta ses traits à Charlie Chaplin --, est aussi doué pour les arts martiaux et la boxe que pour le raisonnement intellectuel et les déductions.
Quant à son fidèle ami et collaborateur, le docteur Watson interprété par le Britannique Jude Law (The Holiday, Le limier) il vit là sa dernière enquête au côté de Sherlock Holmes, avant de se marier.
"J'ai toujours vu la relation entre Sherlock Holmes et Watson comme une relation d'égal à égal", a expliqué Guy Ritchie, rendu célèbre par ses films de gangsters survoltés RocknRolla, Revolver ou encore A la dérive, où il dirigeait la chanteuse américaine Madonna, qui fut sa compagne.
S'il est fait quelquefois référence à leur ennemi le professeur Moriarty, Holmes et Watson ne l'affrontent pas dans le film, qui se déroule à Londres dans les années 1890.
Ils combattent en revanche Lord Blackwood (Mark Strong), un triste sire auteur d'assassinats rituels qui revient d'entre les morts, détenteur des forces du mal, afin de tenter d'asservir le monde.
En cas de succès ce Sherlock Holmes pourrait s'avérer un lucratif filon pour la Warner Bros.
"Je crois que le film a tout le potentiel nécessaire pour devenir une franchise. Nous pouvons nous divertir avec ces héros", a déclaré son producteur Joel Silver, à Londres. "J'espère que le public l'aimera et que nous pourrons continuer l'aventure".

SHERLOCK HOLMES
Version française : Les Studios de Saint-Ouen
Direction artistique : Barbara Tissier
Adaptation : Pierre Arson
Enregistrement : Emmanuel Mertens
Mixage : Hamid Naghibi
Montage : Claire Garnier
Avec les voix de :
Sherlock Holmes : Bernard Gabay
Docteur John Watson : Xavier Fagnon
Lord Blackwood : Eric Herson-Macarel
Irene Adler : Noëmie Orphelin
Inspecteur Lestrade : Patrick Borg
Constable Clark : Serge Biavan
Lord Coward : Rémi Bichet
Sir Thomas : Olivier Rodier
Capitaine Philips : Michel Ruhl
Mary Morstan : Natacha Muller

(Remerciements à Warner Bros Entertainment France - Reproduction du carton de doublage interdite sans autorisation)

(c) La Gazette du doublage - 2010

mercredi 6 janvier 2010

INVAINCU

Fort de son Oscar du meilleur second rôle masculin pour Million Dollar Baby, Morgan Freeman se met à nouveau au service de Clint Eastwood, réalisateur, pour le film Invictus qui sort sur nos écrans le 13 janvier prochain. Invictus vient du latin et est le titre d'un poème de Henley, écrit en 1875, qui signifie "invaincu".
Ce film raconte comment, après l’apartheid, Nelson Mandela, prix Nobel de la paix de 1993, tenta de réunir les Sud-Africains en organisant la Coupe du monde de rugby.
Jouer Mandela a été un véritable challenge pour Freeman : "J’ai travaillé pour que ma voix, l’accent sud-africain, ma gestuelle, mes postures se placent naturellement".

Pour prêter sa voix à Morgan Freeman, la Warner a souhaité louer les services d'un comédien africain au talent particulier et pas automatiquement faire appel à ses voix françaises habituelles : Benoît Allemane ou l'excellent Med Hondo. Ils ont donc engagé l'acteur Daniel Kamwa (né en 1943 au Cameroun) qui a été dirigé pour ce doublage par la vétérante Jenny Gérard. Précisons aussi que l'adaptation française est signée par le tandem Juliette Vigouroux et Alain Cassard que nos lecteurs connaissent bien pour leur travail sur la saga des Harry Potter.

INVICTUS (2009)
Version française : Dubbing Brothers
Direction artistique : Jenny Gérard
Adaptation française : Juliette Vigouroux et Alain Cassard
Enregistrement et mixage : Richard Badey chez SONODI
Montage : Eric Dussolier chez Dubbing Brothers
Chargé de production : Stevens Thuillier
Avec les voix de :
Nelson Mandela : Daniel Kamwa (Morgan Freeman)
François : Damien Boisseau (Matt Damon)
Jason : Lucien Jean-Baptiste (Tony Kgoroge)
Johan : Philippe Catoire (Robin Smith)
Brenda : Souria Adèle (Adjoa Andoh)

(Remerciements à Warner Bros Entertainment France - Reproduction du carton de doublage interdite sans autorisation)

(c) La Gazette du doublage - 2010