Synopsis : Enquêtant sur une affaire de meurtre, le FBI compromet Michael Gallagher (Paul Newman), victime innocente mais fils d'un mafieux local de Miami, pour obtenir sa collaboration. Il manipule également Megan Carter (Sally Filed), une journaliste qui va écrire un article aux conséquences dramatiques sur Gallagher.

Dans ce film de Sydney Pollack, Jean-Claude Michel retrouve au doublage Paul Newman 8 ans après L'Arnaque (1973). Il le doublera à nouveau 5 ans plus tard dans La Couleur de l'argent (1986). Monique Thierry prête sa voix, comme souvent, à Sally Field. Par la suite, elle la doublera notamment dans Potins de femmes (1988), Madame Doubtfire (1993)...
C'est la comédienne Jacqueline Porel qui a été chargée de la direction artistique du doublage. L'année suivante, elle s'occupera d'un autre film de Pollack, Tootsie, pour lequel elle confiera le doublage de Dustin Hoffman à Jean-Pierre Cassel. L'adaptation française d'Absence de malice est signée par Anne et Georges Dutter.
Georges Dutter a commencé sa carrière de dialoguiste de doublage à la 20th Century Fox France, en co-adaptant avec Jacques Monteux (son parrain à la SACEM) quelques grands succès du cinéma américain : Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines (1965), L’Express du Colonel Von Ryan (1965)… Retraité maintenant, sa dernière adaptation a été pour Le Monde ne suffit pas (1999). Ses meilleurs souvenirs d'adaptation (et parfois de sous-titrage) concernent : Annie Hall (1977), Apocalypse Now (1979), Good Morning Vietnam (1988)… Un autre de ses meilleurs souvenirs a été de s’occuper du sous-titrage du film Cris et chuchotements (1973) d'Ingmar Bergman. Lors de la projection de contrôle, François Truffaut – un ami du producteur – était présent. Visiblement ému par le film, il a félicité Dutter pour la qualité de son travail. Une belle récompense !



(Remerciements à Christine M.)

(c) La Gazette du doublage - 2013