Pourquoi parlons-nous dans ces colonnes de la célèbre émission animée par l'indétronable Michel Drucker ? Primo car l'émission du 2 novembre est un spécial Roger Moore, un acteur au charisme légendaire que nous apprécions particulièrement et que, secundo, Drucker rend un petit mais sympathique hommage à nos comédiens de synchro préférés.

Nous avons eu la chance d'assister le 29 octobre à cette émission spéciale autour de l'acteur anglais et nous pouvons donc vous révéler quelques anecdotes, comme si vous y êtiez.

Une des premières invités de Moore est la comédienne Mylène Demongeot. Ils ont tourné ensemble le péplum L'enlèvement des Sabines (1961). Nous pouvons voir un extrait en VF du film dans lequel Moore est doublé par Jean-Louis Jemma (la voix française de Zorro/Guy Williams). D'autres actrices se succèdent : Claudia Cardinale pour évoquer ses souvenirs de Bons baisers d'Athènes (1979) et Alexandra Stewart pour un épisode du Saint (extrait en VO).

Une vidéo enregistrée de Tony Curtis illustre la séquence sur la série culte Amicalement Vôtre (agrémentée d'extraits en VF). C'est d'ailleurs à ce moment de l'émission que Michel drucker va évoquer les deux comédiens français qui ont prêté leur voix aux deux stars de la série : Michel Roux, pour Tony Curtis, et Claude Bertrand pour Roger Moore. Cet hommage est à souligner car il est rare d'entendre une référence à Claude Bertrand de nos jours, qui, rappelons-le, a prêté sa voix à Moore dans la plupart de ses séries et films.

Ensuite, l'émission passe à la partie James Bond avec la présence d'Ursula Andress (qui n'a pourtant pas tourné de Bond avec Moore) et Michael Lonsdale, venu parler du tournage de Moonraker (1979). A cette occasion, nous revoyons avec plaisir un extrait en VF de ce Bond spatial dans lequel Lonsdale (de père anglais) se doublait lui-même en français. D'autres extraits en VF des 007 avec Moore nous sont présentés : Vivre et laisser mourir (1973), L'homme au pistolet d'or (1974), L'espion qui m'aimait (1977)... La joie de réentendre les voix familières de Monique thierry (Jane Seymour), Jacques Thébault (Christopher Lee)...

Au final, un programme à ne pas rater car d'autres surprises nous y attentent (notamment celle mise en musique par Laurent Voulzy). Seule ombre à cette émission, la traduction simultanée absolument déplorable lors de l'enregistrement (mais qui a été refaite pour la diffusion). Heureusement la présence de Roger Moore et quelques bonnes séquences d'archives de l'INA ont rétabli l'équilibre. Alors, tous à vos magnétoscopes !