mardi 30 juin 2015

DÉCÈS DE PATRICK MACNEE (1922-2015)

Avec le décès à 93 ans de Patrick Macnee le 25 juin 2015, c’est l’archétype du gentleman britannique qui s’en va.
L’acteur connut en effet une renommée internationale grâce à la série Chapeau melon et bottes de cuir (1961-1969 / 1976-1977), en incarnant l’agent John Steed, travaillant pour la British Intelligence en compagnie de collaboratrices plus charmantes les unes que les autres : Catherine Gale (Honor Blackman), Emma Peel (Diana Rigg), Tara King (Linda Thorson) et Purdey (Joanna Lumley).
Troquant son parapluie pour une plume, Macnee co-écrivit même plusieurs romans prolongeant les aventures de Steed.
Alternant les tournages en Angleterre et aux Etats-Unis, il joua notamment dans le génial film fantastique Hurlements (Joe Dante, 1981), le rôle du Dr. Waggner persuadé, à tort, que les loups-garous pouvaient cohabiter avec les humains. Enfin, il fut l’un des seuls à interpréter non seulement le Dr. Watson mais aussi Sherlock Holmes dans différents téléfilms.

S’agissant de voix française, Patrick Macnee fut fort bien pourvu, en étant régulièrement suivi par un grand comédien qui contribua beaucoup à sa notoriété en France, à savoir Jean Berger (1917-2014).
Ce dernier raconta en 2006 dans une interview publiée dans l’ouvrage Rencontres Autour du doublage et des séries télé (Éditions Objectif Cinéma) avoir été engagé par le directeur artistique Serge Luguen sans passer d’essai pour doubler Macnee dans Chapeau melon et bottes de cuir, tant l’osmose fut évidente. Il se mit ainsi à le doubler à partir de la quatrième saison (1965), les 3 premières restant définitivement en anglais. A l’occasion d’une sortie en VHS à la fin des années 80, il fut entrepris de doubler certains épisodes de la période Emma Peel jusqu’alors seulement disponibles en version originale. Fort heureusement, Jean Berger fut de nouveau sollicité pour prêter sa voix à Macnee. Il rencontra d’ailleurs à Paris l’interprète de Steed à plusieurs reprises, en gardant de ces rencontres un excellent souvenir.

En hommage à Patrick Macnee, voici une sélection de 8 de ses voix françaises, tirées des archives de la Gazette du doublage. Mais bien évidemment, une mention spéciale est à réserver à Jean Berger, sa voix française de référence, inégalable.

Jean Berger
-Chapeau melon et bottes de cuir (série, 1965-1969)
-Chapeau melon et bottes de cuir (série, 1976-1977)
-Le commando de sa majesté (Andrew V. McLaglen, 1980)
-Dangereusement vôtre (John Glen, 1985)
-Waxwork (Anthony Hickox, 1988)
-Le tour du monde en 80 jours (Buzz Kulik, 1989)
-L’homme homard venu de mars (Stanley Sheff, 1989)
-Sherlock Holmes et la diva (Peter Sasdy, 1991)
-Incident aux chutes Victoria (Bill Corcoran, 1992)

Marc Cassot
-Galactica, le film (Richard A. Colla, 1978) : voix-off du narrateur

Jacques Dacqmine
-Les Girls (George Cukor, 1957)

Vincent Grass
-Chapeau melon et bottes de cuir (Jeremiah S. Chechik, 1998) : voix-off d’Invisible Jones

Marcel Jemma (*)
-Sweet Sixteen (Jim Sotos, 1983)

Roland Ménard
-Sherlock Holmes à New York (Boris Sagal, 1976)

Jean-Claude Michel
-Galactica, le film (Richard A. Colla, 1978) : voix-off du chef impérial
-Hurlements (Joe Dante, 1981)

Jacques Serres (*)
-La quatrième dimension – saison 1, épisode 10 : La nuit du jugement (série, 1959) : doublage tardif des années 80

(*) : reconnaissance de David Gential, merci à lui pour sa participation

(c) La Gazette du doublage - 2015

mercredi 17 juin 2015

DÉCÈS DE CHRISTOPHER LEE (1922-2015)

Christopher Lee, immense figure du cinéma, vient de trépasser le 7 juin 2015 à l’âge fort honorable de 93 ans. Pour la renommée firme Hammer, il avait été le monstre de Frankenstein, Dracula, la momie, Raspoutine. Pour d’autres studios, Il avait aussi incarné Fu Manchu, Sherlock Holmes, et plus récemment le Comte Dooku dans Star Wars et Saruman le blanc dans Le seigneur des anneaux. L’homme avait bien vécu, en 1977, il avait publié son autobiographie, Tall, Dark and Gruesome, non seulement sur sa longue carrière démarrée en 1948, mais aussi sur ses souvenirs durant la Seconde Guerre Mondiale dans la Royal Air Force et la British Intelligence. Une nouvelle édition était sortie en 1997 suivie en 2003, par une republication, sous le titre Lord of Misrule, agrémentée de nouveaux chapitres prenant en compte les rôles importants qui lui avaient été offerts depuis, en particulier dans Sleepy Hollow (Tim Burton, 1999), Gormenghast, Le seigneur des anneaux (Peter Jackson, 2001-2003), Star Wars épisode II : L’attaque des clones (George Lucas, 2002).

Polyglotte, Christopher Lee parlait un français remarquable, comme cela pouvait se constater dans Les mains d’Orlac (Edmond T. Gréville, 1960), film tourné en deux versions avec les mêmes acteurs jouant en anglais ou en français. On entendait aussi la vraie voix de Lee dans Dracula père et fils (Edouard Molinaro, 1976), comédie montrant l’opposition générationnelle entre un fils (Bernard Menez) refusant l’héritage vampirique de son père (Lee). Avec une filmographie de plus de 200 films, il n’est pas étonnant que Christopher Lee ait eu plusieurs voix françaises différentes, mais quand on se penche sur la question, il est hallucinant de constater leur nombre! Pour l’heure, nous en avons compté 48! Bien entendu, dans le lot, certains comédiens l’ont suivi sur plusieurs films et ont sû lui rendre justice en sachant parfaitement reproduire son intelligence, son élégance et son côté inquiétant.

Voici donc une sélection de 12 voix françaises marquantes de Christopher Lee :

René Arrieu
Le corsaire rouge (Robert Siodmak, 1952)
Un colt pour trois salopards (Burt Kennedy, 1971)

Jacques Berthier
Hurler de peur (Seth Holt, 1961)
L’invasion des soucoupes volantes (Ed Hunt, 1977)

Marc Cassot
Le crâne maléfique (Freddie Francis, 1965)
Le masque de Fu Manchu (Don Sharp, 1965)
La vengeance de Fu Manchu (Jeremy Summers, 1967)
Le sang de Fu Manchu (Jesús Franco, 1967)
Le château de Fu Manchu (Jesús Franco, 1969)

Gabriel Cattand
Hurlements 2 (Philippe Mora, 1985)
La révolution française – Les années terribles (Richard T. Heffron, 1989)
Gremlins 2: La nouvelle génération (Joe Dante, 1990)

Jean Davy
Le vampire et le sang des vierges (Harald Reinl, 1967)
Dracula ‘73 (Alan Gibson, 1972)

Jacques Deschamps
Raspoutine, le moine fou (Don Sharp, 1966)
Les survivants du Goliath (Kevin Connor, 1981)

Bernard Dhéran
Le chien des Baskerville (Terence Fisher, 1959)
Star Wars épisode 2: L’attaque des clones (George Lucas, 2002)
Star Wars épisode 3: La revanche des Sith (George Lucas, 2005)

Raymond Gérôme
Les vierges de satan (Terence Fisher, 1968)
Le retour des mousquetaires (Richard Lester, 1989)

Jean-François Lalet
L’attaque de San Cristobal (John Gilling, 1962)
Le métro de la mort (Gary Sherman, 1973)

Michel Le Royer
Gormenghast (Andy Wilson, 2000)
Le seigneur des anneaux (Peter Jackson, 2001)
Le Hobbit: Un voyage inattendu (Peter Jackson, 2012)
Le Hobbit: La bataille des cinq armées (Peter Jackson, 2014)

Jacques Thébault
Le manoir des fantasmes (Don Sharp, 1973)
Les trois mousquetaires (Richard Lester, 1973)
On l’appelait Milady (Don Sharp, 1974)
L’homme au pistolet d’or (Guy Hamilton, 1974)

Jean Topart
Les cicatrices de Dracula (Roy Ward Baker, 1970)
Sherlock Holmes et la Diva (Peter Sasdy, 1991)
Incident aux chutes victoria (Bill Corcoran, 1992)
Sleepy Hollow (Tim Burton, 1999)

(c) La Gazette du doublage - 2015

dimanche 14 juin 2015

La chanson du film "Les 55 jours de Pékin"

En 1963, après le générique de fin du film Les 55 jours de Pékin, on pouvait entendre la chanson So Little Time (musique de Dimitri Tiomkin) interprétée par le célèbre crooner américain Andy Williams (1927-2012) pour accompagner la sortie des spectateurs de la salle (ce que les anglo-saxons appellent "Exit Music").



Hélas, sur le DVD sorti en 2001 chez Opening, cette chanson ne figurait pas car l'éditeur l'avait bel et bien coupée. Par contre, il semble qu'elle figure bien sur le DVD collector et sur le Blu-ray édités en 2014 par Filmedia.

Notre question était de savoir si cette chanson avait eu une adaptation française à l'époque de la sortie du film en France, et quel en était l'interprète ?

Nous possédions le 45 tours du baryton John William (1922-2011) avec le titre du film Si peu de temps (adaptation de Henri Contet) mais contrairement à ce que nous avions pu lire sur le Net, nous avions des doutes sur le fait que sa version figurait en clôture du film. En effet, le chanteur d'origine ivoirienne était surtout spécialisé dans les reprises à succès. Il avait notamment sorti en disque la chanson Si toi aussi tu m'abandonnes du film Le train sifflera trois fois mais ce n'était pas sa version que l'on entendait dans le film mais celle de Claude Dupuis.

Après quelques recherches, nous avons acquis un 45 tours français d'Andy Williams dans lequel celui-ci interprète aussi Si peu de temps mais dans une adaptation légèrement plus longue que celle de John William (2'45'' au lieu de 2'23'') et aux paroles quelque peu différentes de celles de Contet (seul le parolier américain Paul Francis Webster est indiqué sur la pochette). Restait encore à vérifier si la version du crooner figurait à la fin de la VF du film.

En continuant nos recherches, nous avons appris qu'une projection de la VF en 35 mm a été faite en 2011 en République Tchèque et qu'on y entendait bien Si peu de temps par Andy Williams. D'ailleurs, nous avons aussi trouvé que Williams avait enregistré des versions en allemand, en espagnol et en italien de So Little Time pour figurer incontestablement sur les copies du film distribuées dans ces pays respectifs.

(c) La Gazette du doublage - 2015