samedi 2 décembre 2017

Décès de Lily Baron (1921-2017)

La comédienne Lily Baron est décédée début novembre. Elle était la veuve de l'acteur Jacques Berthier qu'elle avait épousé en 1947 (il est décédé en 2008), lui aussi comédien bien connu au cinéma et au doublage (il avait prêté sa voix à David Niven, Raymond Burr et Gregory Peck). Elle était née en 1921, la même année que ses camarades Roger Rudel et Jean-François Laley qui nous a aussi quittés cette année.

Nous avions conversé avec Lily Baron et Jacques Berthier il y a une quinzaine d'années. A Nice, Lily avait été l'élève de Pierrette Caillol, l'épouse de l'auteur et réalisateur Yvan Noé. Elle avait fait ses débuts à la synchro pendant la guerre, toujours à Nice (en zone libre jusqu'en septembre 1942), où quelques films y avaient été doublés. Elle avait prêté sa voix à Judy Garland, très certainement pour le film de la MGM Place au rythme (1939) doublé par Léo Laks (source le Film français n°56 du 28/12/1945). Pendant la même période, elle avait aussi doublé la jeune Virginia Field dans La Valse dans l'ombre (1940). Lily Baron se souvenait aussi que l'auteur de doublage Charles Dorat était présent sur l'un des plateaux. On peut donc penser qu'il avait signé l'adaptation française d'un ou l'autre de ces films.

Lily Baron était ensuite montée à Paris en 1943 et avait tourné dans quelques films après la Libération. Dans les années 50, elle s'était remise à la synchro. On l'a entendue sur la sœur de Sissy dans les films d'Ernst Marischka, sur Deborah Kerr dans Tant qu'il y aura des hommes (1953), sur Barbara Bel Geddes dans Sueurs froides (1958)... Durant la décennie soixante, elle avait enchaîné les doublages : Senta Berger dans L'Ombre d'un géant (1966) et Suzanne Pleshette dans les Disney Quatre bassets pour un Danois (1966) et Le Fantôme de Barbe noire (1968) au côté de Dominique Paturel sur Dean Jones, et surtout Linda Thorson alias Tara King dans la série Chapeau melon et bottes de cuir (à partir de 1968) au côté de Jean Berger sur Patrick Macnee. On se souvient aussi d'elle dans la série La Petite maison dans la prairie (à partir de 1976) dans laquelle elle prêtait sa voix à Katherine MacGregor alias Harriet Oleson au côté de notre regretté ami René Renot (la voix française de M. Oleson). Plus récemment, elle avait aussi doublé la grand-mère Fa dans Mulan (1998) ou encore Geraldine MacEwan dans la série Miss Marple (à partir de 2004).

Lily Baron était une charmante comédienne qui a marqué de son empreinte vocale les films et les séries pendant plus de 60 ans. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

(Remerciements à M. Berard pour la photo)


(c) La Gazette du doublage - 2017

dimanche 12 novembre 2017

Décès du comédien Alain Mottet (1928-2017)

Triste période car après le décès de Patrick Bethune, nous apprenons celui du comédien Alain Mottet et de son épouse Françoise Hirsch. Homme de théâtre et de télévision (certains se souviennent de son rôle du policier Flambart dans la première série de Vidocq avec Bernard Noël), il avait également doublé quelques rôles dans les années 70. Nous l'avions interrogé il y a quelques années et il nous avait confirmé avoir prêté sa voix à Kirk Douglas dans le film de Stanley Kubrick Les Sentiers de la gloire sous la direction de Richard Heinz pour la société Lingua Synchrone. Rappelons que ce film de 1957 avait été interdit en France pour raisons politiques jusqu'en 1975 et a d'ailleurs été rediffusé récemment sur Arte. Nos condoléances vont à ses enfants et à ses proches.

(c) La Gazette du doublage - 2017

samedi 11 novembre 2017

Décès de Jacques Barclay et de Patrick Béthune

Nous apprenons avec une certaine tristesse les décès de deux grands professionnels du doublage : Jacques Barclay et Patrick Bethune.

Nous avions rencontré Jacques Barclay en avril 2003 lors de nos recherches sur l'histoire du doublage des films, en vue de la sortie de notre ouvrage "Rencontres autour du doublage des films et des séries TV (Editions Objectif Cinéma, 2006). Il nous avait très aimablement reçu au siège de sa société Libra Films à Paris.
Après avoir commencé une carrière d'acteur, de metteur en scène de théâtre, de réalisateur de courts métrages et d'intervieweur pour Télé Luxembourg, Jacques Barclay s'oriente vers la direction artistique grâce à Hervé Missir alors directeur général adjoint de la société Général Productions. C'est donc au début des années qu'il commence à apprendre son métier avec Jacqueline Monchablon, directrice artistique en titre du doublage effectué par cette société. Sa première collaboration est pour le film Ben-Hur (sorti à Paris en octobre 1960). Pendant 12 ans, il œuvre notamment au doublage des films et des séries de la MGM comme La Dynastie des Forsyte (1970). Durant ces glorieuses années, il travaille sous la supervision de grands réalisateurs tels que Sergio Leone, David Lean, John Frankenheimer, Hitchcock... En 1981, il créé la société START puis ensuite Libre Films en 1994. Patron de ces sociétés mais toujours directeur artistique, il dirige lui-même les doublages importants mais s'entoure aussi de collaborateurs pouvant le remplacer le cas échéant comme le comédien Hubert Noël.
C'est une figure historique du doublage qui disparaît.

Le comédien Patrick Béthune vient de nous quitter à l'âge de 61 ans. Nous l'avions rencontré en juin 2007 lors d'une de nos conférences sur le doublage des séries TV. Il était venu répondre à nos questions et à celles du public, en compagnie d'Arnaud Arbessier et du regretté Daniel Gall. A cette époque, Patrick prêtait sa voix à Kiefer Sutherland pour la série 24 heures chrono. Il nous expliquait qu'il était venu au doublage sur le tard puisqu'avant il organisait des concerts de rock et avait été aussi brocanteur. Durant ses 15 ans de carrière à la synchro, il a doublé Brendan Gleeson dans les Harry Potter, Russel Crowe dans Noé et plus récemment James Faulkner dans Atomic Blonde et Jeff Bridges dans Kingsman 2.
Nous perdons un bon comédien, sympathique, simple et proche de son public.

(c) La Gazette du doublage - 2017

samedi 30 septembre 2017

Le retour de Star Trek à la télévision

Si Star Trek a fêté ses cinquante ans d’existence l’an dernier, il en sera bientôt de même pour son doublage. C’est en effet en 1969 que la société Sonolab a pour la première fois doublé la série originale au Québec. L’inoubliable Régis Dubos qui était aussi adaptateur sur la série prêtait sa voix à M. Spock.
La série animée sera de nouveau doublée au Québec au milieu des années 70, toujours par Sonolab mais sans aucun des comédiens du doublage d’origine.
Le reste de la Saga télévisuelle, jusqu’à Star Trek Discovery aujourd’hui, verra son doublage effectué en France.

Avec treize long métrages et cinq séries (hors série originale) regroupant à ce jour 626 épisodes, on peut dire qu’il n’y a quasiment pas une grande voix du doublage français passée ou actuelle, qui n’y ait pas participé au moins une fois, de Sady Rebbot (inoubliable voix française de William Shatner dans les premiers films) à François Chaumette, de Paule Emanuèle à Claude Giraud (parfait sur Patrick Stewart dans les films) de Jacques Thebault à Marc Cassot et plus récemment Adrien Antoine, Emmanuel Garijo, Guy Chapellier ou encore Ingrid Donnadieu, Alexis Victor, Claire Guyot, Déborah Perret...

Au chapitre des surprises, Tsilla Chelton (dont on se souvient beaucoup pour le rôle de Tatie Danielle) participa au doublage de plusieurs épisodes de la série Star Trek : Deep Space Nine, dans le rôle comique d’Ishka une extraterrestre Ferengi.

Aujourd’hui l’histoire de Star Trek continue avec la très spectaculaire et attendue série Discovery diffusée sur Netflix, à raison d’un épisode par semaine, la série prend place dix ans avant la série d’origine de Star Trek, l’occasion de côtoyer des personnages classiques comme Sarek le père de Spock et évoquer les origines du conflit avec les Klingons, méchants incontournable de la Saga. C’est la société Libra Films qui est en charge du doublage de la série, voici le carton de doublage des deux premiers épisodes :



Pour en savoir plus sur le doublage de cette saga fleuve, voir les liens vers les articles rédigés pour nous en 2010 par notre ami Paul-Hervé Berrebi qui officie comme consultant sur toutes les VF de Star Trek depuis 2005 :
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article5240
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article5282

Et comme le dirait M. Spock : "Longue vie et prospérité" à la Saga Star Trek !

(c) La Gazette du doublage - 2017