mardi 24 juin 2008

Décès de Jacques Willemetz (1920-2008)

Nous venons d'apprendre le décès récent de Jacques Willemetz, grand directeur artistique de doublage mais aussi adaptateur, réalisateur, producteur et distributeur de films (de l'après-guerre aux années 70).

A la synchro, il a travaillé à la direction de nombreux films dès les années 40 : Le retour de Topper (ou La dernière enquête de M. Topper) film de 1941 mais sorti en France en 1946, la trilogie des Sissi (de 1955 à 1957), des films de la série des Jerry Cotton (de 1965 à 1969), La Bataille d'El-Alamein (1969), L'Affaire Matteotti (1973), Lady karaté : La tigresse aux mains d'acier (1976), jusqu'à des films plus récents tels que Terminator (1984), Coup double (1987) avec Kirk Douglas ou encore Robocop (1987).

Notre ami William Sabatier nous dit qu'il a souvent travaillé pour lui. Il a gardé le meilleur souvenir de deux doublages de films italiens en particulier : L'argent de la vieille (1972) et Un bourgeois tout petit petit (1977).

La Rédaction présente ses sincères condoléance à sa famille et à ses proches.

(Remerciements à Bruno Lais, Rémi Carémel, David Gential, Maurice Le Borgne et William Sabatier)

jeudi 19 juin 2008

DU NOUVEAU SUR LE SITE DE LA GAZETTE DU DOUBLAGE

Depuis hier, La Gazette du Doublage propose deux nouveaux articles dans sa rubrique « interviews » : une interview de Barbara Tissier (réalisée au cours du dernier Salon des Séries TV et Cinéma) et une de Richard Darbois (à l’occasion de la sortie du dernier Indiana Jones).

Pour des raisons d’effectifs, la cadence des articles est quelque peu ralentie ces derniers temps, et nous nous excusons auprès de nos lecteurs. A venir prochainement : un reportage au sein d’un auditorium d’un pays européen pas spécialement connu pour son doublage national, une interview d’un grand seigneur du théâtre et du doublage, et un compte-rendu du débat « doublage » du dernier Salon des Séries.

Sur le blog, une petite nouveauté : la rédaction dévoilera de temps en temps des informations inédites sur des artistes (comédiens, chanteurs, réalisateurs, etc.) ayant occasionnellement fait de la synchro, en des temps où la promotion des « doublages de stars » n’existait pas. Aujourd'hui: le chanteur Gérard Palaprat.

lundi 16 juin 2008

DECES D'HENRI LABUSSIERE (1921-2008)

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris, par le biais du site RS Doublage, le décès du comédien Henri Labussière, la nuit dernière. Une nouvelle qui nous a hélas été confirmée par nos amis comédiens.
Né en 1921, Henri Labussière avait fait ses débuts au théâtre dans la compagnie Grenier-Hussenot, où il contribua d'ailleurs, avec Michel Piccoli, à l'intégration de son "cadet" Roger Carel. Sa carrière au cinéma fût plutôt discrète. On a pu le voir notamment dans un petit rôle dans le film La Guerre des Boutons d’Yves Robert. Ses multiples talents l’ont conduit à écrire pour la télévision (séries télé, sketches, etc.). Il était par ailleurs un caricaturiste hors pair.

Sa voix particulière l’a amené à faire beaucoup de doublage. Peu de « stars », mais une sacrée galerie de seconds rôles, avec une prédilection pour les personnes âgées, dans des films, séries ou dessins animés. Il doublait notamment Panoramix de Astérix et la Surprise de César (1985) à Astérix et les Indiens (1994), le professeur Tournesol dans Les Aventures de Tintin, le roi dans Rody le petit cid, le professeur dans le Tarzan de Disney. Il doublait aussi M. Merlin dans la série du même nom.

Pour des raisons de santé, il faisait de moins en moins de doublage ces dernières années. Un de ses derniers doublages de films est sûrement Bienvenue à Mooseport (2004) dans lequel il prêtait sa voix au doyen du conseil municipal.

La Gazette du Doublage a une pensée particulière pour sa famille, et lui adresse ses plus sincères condoléances.

Hommage à Dino Risi

A l'occasion de la disparition le 7 juin dernier de Dino Risi à l'âge de 91 ans, France 3 a eu l'excellente idée de rediffuser, le 13 au soir, un des grands films du maître de la comédie italienne : Parfum de femme (1974).

Ce long-métrage raconte l'histoire d'un aveugle hâbleur et d'un jeune homme en quête de femmes.
De ce film, l'acteur principal Vittorio Gassman, disparu en 2000, disait : "Parfum de femme n’est pas une histoire de cécité, mais de solitude".
Grâce à ce rôle, Gassman obtient le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes de 1975.

Ce film exceptionnel méritait un doublage particulièrement soigné. C'est le cas car c'est un Georges Aminel éblouissant qui prête ici sa voix à Gassman. Notre ami comédien (disparu en avril 2007) parlait volontiers de ce rôle à la synchro car il en avait gardé un très bon souvenir.
Autour de lui d'autres comédiens de talent : Paule Emanuèle, Jean Berger, Henry Djanik, Claude Bertrand... et la jeune Sylviane Margollé (décédée en 2005) dont la douce voix se marie parfaitement au physique de la belle Agostina Belli qui interprète un personnage très touchant.

Au final, un film à voir ou revoir (en DVD notamment), avec une pensée particulière pour ces artistes qui nous ont quittés mais dont l'oeuvre demeure intacte.