dimanche 21 juin 2009

Henri-Jacques Huet (1930-2009)

Nous venons d'apprendre par le site "Les gens du cinéma" que le comédien Henri-Jacques Huet est décédé le 4 juin dernier. Il avait commencé sa carrière en 1950. Nous l'avons vu à l'écran dans de nombreux films dans lesquels il tenait des personnages secondaires non dénués d'intérêt : de French Cancan (1954) aux Misérables (1994) en passant par A bout de souffle (1959), Le Viager (1971) ou Le Prix du danger (1982). Il avait également joué au théâtre et tourné pour la télévision.

En 2005, nous avions contacté ce sympathique acteur et l'avions questionné sur sa carrière au doublage. Il nous avait confié avoir doublé essentiellement pour des séries télévisées. Ainsi, en 1967, il avait prêté sa voix à Jerry Van Dyke dans Ma mère à moteur (ou Une mère pas comme les autres) au côté de Gérard Hernandez aux studios du Poste Parisien sous la direction de Serge Luguen. Il avait aussi travaillé sous la direction d'Elie Fabrikant pour la cultissime série Ma sorcière bien aimée et prêté sa voix au personnage du Comte Yoster dans la seconde saison de la série allemande Le Comte Yoster a bien l'honneur. Signalons aussi qu'il avait aussi doublé certains acteurs français dans des films de René Clément.

En ces moments difficiles, nous avons une pensée émue pour son épouse et ses proches.

(c) La Gazette du doublage - 2009

lundi 15 juin 2009

Yves-Marie Maurin (1944-2009)

C'est avec une certaine émotion que nous venons d'apprendre la disparition du comédien Yves-Marie Maurin. Nous avions eu encore des nouvelles de lui le 26 mai dernier lorsqu'il nous avait gentiment envoyé un mél pour nous annoncer la parution de son nouveau livre "Trois minutes pour exister" (Edilivre). En quatrième de couverture, on pouvait lire la biographie de l'auteur : "Enfant de la balle, Yves-Marie Maurin de Kerguelen est comédien, depuis « Chanson d’Amour », à Calais, il avait trois ans. Et depuis, il enchaîne les activités, toujours liées au monde du spectacle : théâtre, télévision, cinéma, radio, publicité, doublages et synchronisations, voix de nombreux artistes, mise en scènes, direction artistique, écriture, lauriers d’or de poésie, etc. Un « touche à tout » qu’une Hortense condensa par : « Tu me sembles construit de nulle part » ; Henry de Montherlant, lui écrivant : « Vous êtes insolite et vous êtes humain ; vous avez cette conjonction merveilleuse » ; Patrick Grainville : « Hier c’était Œdipe, c’était Sartre, c’était Artaud, c’était toi. Par ce don sacrificiel dans ton rôle, ton visage a saisi la salle d’une espèce de terreur… » ; plus drôle et enfantin, François Mauriac, Le Feu sur la Terre, disant du benjamin de ses interprètes (5 ans) : « Yves-Marie est le plus grand acteur de Paris ».

Yves-Marie Maurin était un être entier, intelligent et sensible, tout comme son frère Patrick Dewaere. Il n'avait pas hésité à faire la grève de la faim devant le siège de TF1 lors de la grande grève du doublage de 1994-95. Nous nous souviendrons de son visage dans la série Les 400 cent coups de Virginie. Quant à sa voix, elle avait épousé de nombreux acteurs étrangers tels que Michael York, Christopher Walken, Burt Reynolds dans Stryker, Ben Murphy dans Gemini Man (Le nouvel homme invisible), David Hasselhoff dans K 2000, Michael Moriarty dans New York District...

A notre confrère et ami Stéphane Lerouge, il avait déclaré en 1998 dans un numéro du magazine Génération Séries : "Dans le doublage, on ne me demande pas de reproduire un son mais une profondeur, un imaginaire. (...) Dans la synchro, le but du travail est de trouver une voix qui entre dans la structure de l'individu. Si c'est bien joué, le spectateur oublie le doublage pour se laisser immédiatement envahir par le personnage. Le rapport entre le physique et la voix doit d'emblée s'imposer comme une évidence. Il faut donc le moins de décalage entre ces deux éléments (physique et voix), ce qui est d'ailleurs parfois contraire à la vie. De toute façon, de multiples voix peuvent appartenir à un même corps. Si vous éteignez le son de votre téléviseur, que reste-t-il ? La plupart du temps, des marionnettes ! Vous vous apercevrez alors l'importance de la voix. Elle représente vraiment l'âme, l'expression interne, secrète de l'individu. (...)"
En grand artiste qu'il était, Yves-Marie Maurin avait bien saisi toutes les subtilités du doublage.

Ses filles nous informent que les obsèques de leur père seront célébrées en l'église Saint-Roch, 296, rue Saint-Honoré le jeudi 18 juin 2009 à 10h30. Nous leur présentons nos plus sincères condoléances ainsi qu'à leurs proches.

(c) La Gazette du doublage - 2009

jeudi 11 juin 2009

JOSE GERMAIN EN CONCERT

Un petit mot pour vous informer que notre ami le chanteur José Germain, voix chantée de Scat Cat dans Les Aristochats, du chef des corbeaux dans Dumbo, etc. jouera du saxophone dans une petite formation au restaurant L'Obus (à Neuilly-sur-Marne) le samedi 20 juin à 21h.

L'occasion de rencontrer ce sympathique et discret interprète qui fit partie pendant presque quarante ans des choeurs des versions françaises des films d'animation Disney, et que nous avions interviewé il y a deux ans. (Lire notre portrait: http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4827)

Renseignements: http://obus1870.fr/