AFP - L'actrice Claude Winter, figure de la Comédie-Française, théâtre national dont elle a été la première femme doyen, est décédée le 25 avril à l'âge de 80 ans, a annoncé mardi l'institution parisienne dans un communiqué.
Entrée au Français le 1er septembre 1953, Claude Winter, grande femme blonde aux yeux clairs, a accompagné la troupe de la maison de Molière pendant 35 ans, incarnant les grandes figures féminines du théâtre classique.
Elle a été Chimène dans "Le Cid", Livie dans "Cinna" ou Julie dans "Horace" de Corneille, Céphise dans "Andromaque" de Racine, dirigée par les grands metteurs en scène de la troupe au début des années cinquante, Jean Meyer et Robert Manuel, Maurice Escande et Georges Chamarat.
Sociétaire de la Comédie-Française à 29 ans, elle sera aussi pendant une décennie l'interprète de référence de Henry de Montherlant dans "Port-Royal", de Charles Péguy dans "Jeanne d'Arc", de Georges Bernanos dans "Le Dialogue des carmélites". Elle sera simultanément la reine de "Ruy Blas" aux côtés de François Beaulieu et Jean Piat pendant toutes les années soixante.
Raymond Rouleau, passé du cinéma au théâtre, en fait son égérie dans trois productions phares du Français, "Ruy Blas" de Victor Hugo, "Le Songe" d'August Strindberg et "Ondine" de Jean Giraudoux.
Le 2 janvier 1987, Claude Winter devient doyen de la troupe: elle est la première femme de l'histoire du théâtre national à porter ce titre et occuper cette fonction.
Un an plus tard, le décès brutal de Jean Le Poulain, administrateur général, la conduit à la tête de la Maison de Molière en qualité d'administrateur par intérim -- une première là encore pour une femme --, pour une courte période de quelques semaines, jusqu'à l'arrivée d'Antoine Vitez.
Claude Winter quitte la Comédie-Française en 1988 avec le titre de sociétaire honoraire.
Elle se consacre ensuite au cinéma en tournant avec Bertrand Tavernier, Francis Girod, Jean-Claude Brisseau et dans "Les Nuits fauves" de Cyril Collard.


Claude Winter et le doublage :

La dépêche de l'Agence France Presse conclut sur un exemple de doublage en disant : "Depuis 1955, Claude Winter était aussi la voix de Lady dans la version française de La Belle et le Clochard de Walt Disney." En fait, Claude Winter a bien participé vocalement au premier doublage de ce dessin animé mais dont la VF d'origine n'est plus exploitée depuis que plusieurs redoublages ont vu le jour pour l'exploitation en vidéo. A noter que dans ce doublage, Claude Winter doublait la voix parlée de Belle (Lady en VO), tandis que la voix chantée était celle de Claire Leclerc.
En 2003, nous avions questionné Claude Winter au sujet de sa participation à ses différents doublages. Elle nous avait surtout mentionné avoir prêté sa voix à Elizabeth Taylor dans L'Arbre de vie (1957), Soudain l'été dernier (1959), Cléopâtre (1963) et Reflets dans un oeil d'or (1967).
Elle se souvenait aussi avoir participé en 1964 au doublage du film Cyrano et d'Artagnan d'Abel Gance dans lequel elle doublait l'actrice italienne Laura Valenzuela (Anne d'Autriche) et à celui du film 1900 de Bernardo Bertolucci en 1976 dont le doublage avait été dirigé par le réalisateur Alain Jessua. Bertolucci avait souhaité que son film soit doublé par des comédiens peu habitués au doublage...
Sinon, dès les années 50, Claude Winter avait prêté sa voix à un certain nombre d'actrices étrangères : Debra Paget dans Les Gladiateurs (1954), Janet Leigh dans Prince Vaillant (1954), Martha Hyer dans Crépuscule sanglant (1956), Yvonne De Carlo dans Les dix Commandements (1956), Terri Moore dans Le temps de la colère (1956), Ariadna Walter dans Les Proies du Vampire (1957)...

(Remerciements à Pascal Laffitte)

(c) La Gazette du doublage - 2011