mardi 13 mars 2012

DÉCÈS DE MICHEL DUCHAUSSOY (1938-2012)

Nous avons une pensée pour quelqu’un qu’il était toujours plaisant de voir à l’écran, le comédien Michel Duchaussoy, décédé à 73 ans dans la nuit du 12 au 13 mars 2012. Sociétaire honoraire de la comédie française, il avait notamment participé en 1982 à une adaptation très sympathique de la pièce d’Eugène Labiche, Le voyage de Monsieur Perrichon, avec Jean Le Poulain dans le rôle titre. On l’a souvent vu à la télévision et au cinéma, par exemple en père confronté à Jean Yanne, le meurtrier de son fils, dans Que la bête meure, réalisé par Claude Chabrol en 1969. Toujours pour Claude Chabrol, il avait doublé Anthony Perkins dans La décade prodigieuse (1971). Il prêtait aussi sa voix à Marlon Brando, dans le doublage originel du film Le parrain (1972) de Francis Ford Coppola, ainsi qu’à Klaus Kinski dans l’éprouvant L’important c’est d’aimer (1975), d’Andrzej Zulawski.

(c) La Gazette du doublage - 2012

samedi 10 mars 2012

DÉCÈS DE PIERRE TORNADE (1930-2012)

L’excellent comédien Pierre Tornade est mort à 82 ans le 7 mars 2012. Il avait fait partie dans les années 60 de la troupe des Branquignols de Robert Dhéry et Colette Brosset. Au cinéma, on pouvait voir son physique tout en rondeur, dans Le grand restaurant (1966), Le petit baigneur (1968), Mais où est donc passée la 7ème compagnie (1973), Dupont Lajoie (1975), On a retrouvé la 7eme Compagnie! (1975). Des personnages certes secondaires mais qu’il arrivait à rendre intéressants. Pour la télévision, il avait occupé le rôle récurrent du Commissaire Faroux, aux côtés de Guy Marchand dans la série Nestor Burma (1991-1998).

En doublage, sa voix pleine de bonhomie faisait merveille dans les dessins animés Astérix. Tout d’abord sur le chef de village Abraracourcix dans Astérix le gaulois (1967) et Les douze travaux d’Astérix (1976), puis ensuite en remplacement de Jacques Morel (à la voix étrangement semblable) sur Obélix, dans Astérix et la surprise de César (1985), Astérix chez les Bretons (1986), Astérix et le coup du menhir (1989), et enfin Astérix et les indiens (1994. Il prêtait aussi sa voix de façon géniale à Averell, le plus grand et le plus crétin des frères Dalton dans Daisy Town (1971), La ballade des Dalton (1978), Les Dalton en cavale (1983) et la série animée Lucky Luke (1984). Tout aussi remarquable était sa participation à la série de marionnettes The Muppet Show (1976-1981), dans laquelle il doublait notamment l’un des deux vieux atrabilaires et le chef des cochons dans l’espace !

On l’entendait parfois, de façon malheureusement sous-exploitée, dans des versions françaises de longs-métrages : un joueur de cartes dans La femme modèle (1957), un Shérif dans L’homme des hautes plaines (1971), plusieurs petits rôles de Romains dans Fellini Roma (1972), un gardien de prison dans Sugarland Express (1974). Enfin, pour la télévision, il doublait Gorden Kaye, l'acteur principal de la série humoristique anglaise Allô Allô (1982-1992), sur les aventures d'un cafetier français pendant l’Occupation.

(c) La Gazette du doublage - 2012

samedi 3 mars 2012

DÉCÈS DE GÉRARD RINALDI (1943-2012)

Le 2 mars 2012, Gérard Rinaldi nous a quittés. Dans les années 60, au sein du groupe Les Problèmes, il avait accompagné le chanteur Antoine. Puis il avait fait partie des Charlots, très populaires dans les années 70 et 80 tant sur le plan musical (Paulette la reine des paupiettes, Merci patron, L’apérobic) qu’au cinéma (La grande java, Les bidasses en folie, Les Charlots font l’Espagne, Les Quatre Charlots mousquetaires, Les Charlots en folie: À nous quatre Cardinal!, Bons baisers de Hong-Kong, Les Charlots contre Dracula).

Gérard Rinaldi avait parfaitement réussi sa carrière solo, après sa séparation avec les Charlots au milieu des années 80. Pour le petit écran, il avait tenu le rôle de Marc, vétérinaire marié à Sophie la doctoresse dans la sitcom Marc et Sophie, de 1987 à 1991. Il avait aussi une activité régulière en synchro, en doublant souvent Ted Danson, notamment dans Les voyages de Gulliver (1996), la série Damages (de 2007 à 2010) et parfois Burt Reynolds, tout d’abord dans Striptease (1996), puis dans la trilogie des téléfilms Hard Time (1998-1999), ainsi que Dustin Hoffman dans Last Chance for Love (2008). Il avait également été la troisième voix française de Dennis Franz dans la série policière New York Police Blues (1993-2005), en succédant respectivement à Jacques Richard et Henri Poirier. On pouvait aussi l’entendre sur Laurence Olivier dans la scène de bain, longtemps censurée, de Spartacus (1960), doublée après la restauration du film en 1991.

Toujours en matière de doublage, il était très doué pour donner de la voix aux personnages de dessins animés. Dès 1971, on pouvait l’entendre sur le chanteur de Square Dance de Daisy Town, il doublait aussi pour les Studios Disney le méchant professeur Ratigan dans Basil, détective privé (1986), avant de devenir la voix française habituelle de Dingo à partir des années 90. Plus récemment, il avait repris en 2008 les personnages auparavant doublés par Michel Modo dans Les Simpson. Un artiste de talent, qui inspirait beaucoup de sympathie, vient de partir.

(c) La Gazette du doublage - 2012