Evoquer le comédien Jean Topart qui vient de disparaître le 29 décembre 2012 à 90 ans, c’est évoquer une présence et une voix très singulières. Membre du Théâtre national populaire dans les années 50-60, il a beaucoup œuvré pour la télévision et le cinéma. Son physique austère et sa voix grave distinguée, très souvent inquiétante, pouvant aisément provoquer un sentiment de malaise, lui ont souvent permis d’incarner des méchants très marquants. C’est le cas par exemple de Monsieur Robert, l’homme aux doigts coupés dans la série Gaspard des montagnes (Jean-Pierre Decourt, 1965) (voir photo), qui s’avérait un adversaire de taille pour Bernard Noël, ou encore le truand sadique Katanga, qui donnait du fil à retordre à Charles Bronson dans De la part des copains (Terence Young, 1970).

Sa voix inimitable a souvent été retenue pour des rôles de récitants, comme dans la série animée Rémi sans famille (1977) ou dans les documentaires clôturant chaque épisode de la série animée Les mystérieuses cités d’or (1982). A la radio, sa voix fascinante transformait chaque publicité en quelque chose de plus qu’un simple message promotionnel. Au début des années 2000, Sébastien Cauet avait pensé à lui pour être la voix présentant son émission Le Morning de Cauet, sur Europe 2. Le timbre élégant de Topart, sortant des phrases décalées en langage « djeun » était une idée particulièrement réjouissante.

Jean Topart faisait relativement peu de doublage, mais la plupart du temps ses compositions étaient très puissantes. En guise d’hommage, voici donc une petite liste non exhaustive de son travail en synchro :

-Le procès (1962) : Orson Welles (rôle : Albert Hastler, l’avocat)
-Le masque de la mort rouge (1964) : John Westbrook (rôle : La mort rouge)
-Les vierges de satan (1968) : Charles Gray (rôle : Mocata)
-La lettre du Kremlin (1970) : Georges Sanders (rôle : Warlock)
-Les cicatrices de Dracula (1970) : Christopher Lee (rôle : Comte Dracula)
-Aguirre, la colère de dieu (1972) : Del Negro (rôle : Frère Gaspard de Carvajal)
-Rollerball (1975) : John Houseman (rôle : Bartholomew)
-Le voyage des damnés (1976) : José Ferrer (rôle : Manuel Benitez)
-L’évadé d’Alcatraz (1979) : Roberts Blossom (rôle : Doc)
-Le putsch des mercenaires (1979) : Denhom Elliott (rôle : Raglan Thistle)
-La guerre des abîmes (1980) : Alec Guinness (rôle : John Bigalow)
-Fantôme d’amour (1981) : Michael Kroecher (rôle : Don Gaspare)
-Amadeus (1984) (doublage d’origine) : F. Murray Abraham (rôle : Antonio Salieri)
-Pinocchio (1996) : Martin Landau (rôle : Gepetto)
-Sleepy Hollow (1999) : Christopher Lee (rôle : Bourmestre)

(c) La Gazette du doublage - 2012