Francis Lax vient de mourir le 13 mars 2013 à l’âge de 82 ans. Au cinéma, on a pu le voir dans plusieurs films de Pierre Richard, dont Les malheurs d’Alfred (1972), critique acide des jeux télévisés, dans laquelle il interprétait un comédien bègue. A la télévision, il a joué de 1989 à 2001 le directeur de la police judiciaire dans la série Commissaire Moulin.
Mais c’est surtout dans la synchro qu’il s’est imposé à partir de la fin des années 60, en doublant un nombre hallucinant de personnages de films, téléfilms ou dessins-animés. Il a prêté sa voix à des acteurs aussi différents que Michael Caine, Rupert Everett, Harrison Ford, Gene Hackman, Paul Hogan, Anthony Hopkins, Chuck Norris, Anthony Perkins, Roy Scheider, Jon Voight, Gene Wilder.
Il a doublé David Soul dans Starsky et Hutch (1975-1979), Gavin MacLeod, alias le Commandant Stubing dans La croisière s’amuse (1977-1987), Dwight Schultz, alias « Looping » Murdock le pilote aliéné de L’agence tous risques (1983-1987). C’était aussi lui sur Tom Selleck dans la série Magnum (1980-1988), mais chose curieuse, personne ne pensa jamais à lui par la suite pour doubler cet acteur au cinéma alors que sa voix lui convenait parfaitement.

Francis Lax a participé au doublage de pratiquement tous les programmes pour enfants marquants des années 70-80, notamment 1, rue Sésame, Cobra, Les mystérieuses cités d'or, Le Muppet Show, San Ku Kai, Satanas et Diabolo, Scoubidou, Les Schtroumpfs, X-Or.
Son génie pour le registre comique, lui a permis de faire des compositions fantaisistes particulièrement mémorables. Son talent pour changer sa voix le désservait parfois, lorsqu’en plus de doubler un personnage principal dans une série, il faisait plusieurs personnages secondaires dans un même épisode, comme ce fut par exemple le cas dans L’agence tous risques précitée, mais aussi dans Deux flics à Miami (1984-1990) et Les contes de la crypte (1989-1996).
On regrettera que cet artiste ait peut-être été un peu trop cantonné aux rôles loufoques en synchro, alors que, ses rares incursions dans le drame se sont avérées très intéressantes, en particulier dans Delivrance (1972), où il doublait Ronny Cox en citadin dépassé par l’horreur d’un voyage en canoé ; Electra Glide in Blue (1973), où il doublait Robert Blake en policier solitaire ; L'auberge de la Jamaïque (1983) où on l'entendait sur John McEnery jouant un étrange révérend et enfin Max et Hélène (1990), où il doublait Martin Landau dans le rôle de Simon Wiesenthal le chasseur de nazis.

En 2007, Francis Lax avait accordé à la Gazette du doublage l’un des rares entretiens sur sa carrière, à lire ici : http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4732

(c) La Gazette du doublage - 2013