mercredi 14 août 2019

Au revoir Zappy Max !

Vedette de Radio-Luxembourg dans les années 50, l'animateur Max Doucet alias Zappy Max nous a quittés le 16 juin dernier à l'âge de 97 ans. A la Libération, il commence sa carrière comme chanteur dans l'orchestre de Jacques Hélian. Vers 1946, les dirigeants du doublage de RKO - firme qui distribue les Disney - lui proposent de participer aux synchronisations de Pinocchio et de Dumbo. Dans ce dernier, lui et son camarade Jo Charrier doublent les corbeaux qui chantent en scat. Il ne revient au doublage qu'en 1969 pour la série allemande Le Comte Yoster a bien l'honneur (26 épisodes de 25 mn). Il y double le chauffeur du Comte, tandis que ce dernier a la voix de Jean-Paul Coquelin. Zappy réalise aussi toute la partie bruitage de la série.
En 2003, nous avions rencontré et interviewé à Paris cet homme très sympathique au moment de la préparation de notre ouvrage Rencontres autour du doublage des films et séries TV. Il venait de terminer la tournée en province de la pièce Dix petits nègres avec Georges Descrières, Jean Davy... Il y tenait le rôle du Docteur Armstrong. Infatigable, il nous avouait :" A 82 ans, je n'ai pas encore pris ma retraite et continue toujours à travailler". Au revoir à cet artiste passionné et passionnant.

(c) La Gazette du doublage - 2019

samedi 27 juillet 2019

Décès de Philippe Ogouz (1939-2019)

Le comédien et metteur en scène Philippe Ogouz vient de nous quitter. Notre collaborateur Thierry Attard avait eu la chance de l'interviewer, dans les années 2000, à l'époque où le comédien avait mis en scène la pièce La Rafle du Vél d'Hiv (l'interview : https://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4304). Nous l'avions également reçu ces dernières années au Salon des séries et du doublage afin qu'il nous parle de la série Rouletabille qu'il avait tournée en 1966.

Philippe Ogouz, grande voix du doublage depuis les années 60, avait débuté par un petit rôle dans West Side Story. Dresser une liste exhaustive de ses doublages est chose impossible tant il en a fait mais parmi ses rôles marquant on peut citer : Pour le cinéma, Tom Courtenay dans Opération Crossbow, le personnage de Tintin dans Tintin et le temple du Soleil, Bruce Lee dans La Fureur de Vaincre (1er doublage), Roddy McDowall dans La Conquète de la Planète des singes, Dustin Hoffman dans Les Chiens de paille, John Travolta dans Grease, Martin Sheen dans Nimitz, retour vers l'enfer, Chevy Chase dans Drôles d'espions...
Du côté des séries TV, il a doublé David McCallum dans L'homme invisible, Patrick Duffy dans Dallas, Jason Alexander dans Seinfeld...
Beaucoup se souviennent aussi de sa voix et de son talent dans une multitude de séries d'animation dans lesquelles il doublait souvent le rôle principal : Capitaine Flam, Edgar de la Cambriole, Les Maîtres de l'univers, Ken le Survivant, Sailor Moon...

Nous pensions inviter à nouveau inviter Philippe Ogouz au prochain Salon des séries et du doublage mais le destin en a décidé autrement. Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

(c) La Gazette du doublage - 2019

mardi 28 mai 2019

Ils nous ont quittés...

Le comédien Christian Alers (né en 1922) est décédé le 4 mars. Visage très connu au théâtre et second rôle au cinéma (il a tourné près de 30 films), il a acquis une certaine notoriété grâce à la série Marie Pervenche avec Danièle Evenou. Au doublage, il a notamment prêté sa voix à Richard Attenborough dans le film Un amant dans le grenier (1968) et à Babar (série des années 90). On l'a entendu aussi dans la série japonaise Bomber X, dans le dessin animé Albert le cinquième mousquetaire et dans le film Drôle de couple 2.

Liliane Patrick (née en 1933) nous a quittés le 22 avril. Cette comédienne commence son parcours artistique par la danse. A 16 ans, elle fait ses débuts au théâtre dans la compagnie du Grenier de Toulouse. Au cinéma, elle a joué aux côtés de Fernandel, Daniel Gélin, Charles Boyer ou encore Vittorio de Sica. Au théâtre, elle côtoie Raymond Gérôme, Georges Descrières, Robert Lamoureux...
Côté cœur, elle épouse en 1965 le réalisateur Claude Boissol (Les Globes Trotteurs, Le commissaire Moulin...), puis en 1968, elle devient la compagne du chanteur/acteur Mouloudji jusqu’au décès de l’artiste en 1994.
Dès les années 60, Liliane Patrick s’essaie au doublage. Elle prête sa voix ponctuellement à Audrey Hepburn et à Elizabeth Montgomery. Par la suite, on va l’entendre sur la mère de Bambi puis dans de nombreuses séries et "soaps" tels que Les Feux de l’amour et Amour, Gloire et beauté.

Grande figure du spectacle et du doublage, Pierre Hatet est décédé le 24 mai, à l'âge de 89 ans, le 24 mai. Élève de la Rue Blanche puis du Conservatoire, il commence le théâtre grâce à Jean Vilar à partir de 1953. Il jouera dans un bon nombre de pièces classiques. A la télévision, on le verra dans plusieurs pièces de Au théâtre ce soir et dans le feuilleton Châteauvallon. C'est grâce à Jacques Ruisseau et à Serge Luguen qu'il commence le doublage, notamment pour la série Mannix. Par la suite, il doublera ponctuellement de célèbres acteurs : Clint Eastwood dans Les Proies, Sean Connery dans Un pont trop loin,Tom Selleck dans Runaway, Anthony Hopkins dans Bad Company... Dans les années 80, on se souviendra particulièrement de lui sur le personnage de Doc (Christopher Lloyd) dans la trilogie de Retour vers le futur et du méchant (Julian Glover) dans Indiana Jones et la dernière croisade. Autre méchant emblématique pour lequel il a prêté sa voix : le personnage du Joker, notamment dans le film d'animation Batman contre le fantôme masqué.
Nous avions invité ce sympathique comédien en 2011 au Salon des séries et du doublage pour une conférence sur la carrière de son amie Jenny Gérard, directrice artistique, pour laquelle il avait beaucoup travaillé.

Nous adressons nos sincères condoléances à leurs familles et à leurs proches.

(Informations d'Olivier Boisson et de Rémi Carémel).

(c) La Gazette du doublage - 2019

samedi 30 mars 2019

Décès de William Sabatier (1923-2019)

Notre cher ami le comédien William Sabatier vient de nous quitter à l'âge de 95 ans. C'est au moment de la préparation de notre ouvrage Rencontres autour du doublage des films et des séries TV (édité en 2006) que vous avons rencontré William et son épouse Michou, un couple adorable, chez eux à Paris dans le 18ème arrondissement. William nous a reçus souvent, autour d'un bon repas, pour nous raconter des anecdotes passionnantes sur sa carrière. Il était formidable et avait un bon sens de l'humour. Il nous manque déjà... Vous trouverez ci-dessous des passages de l'interview éditée dans notre livre.

Né à Gentilly mais originaire de l'Hérault, William a commencé dans la vie active comme métallurgiste puis est devenu météorologiste au Bourget. Comédien dans l'âme, il passe le concours d'entrée au Conservatoire. Il est reçu à l'unanimité à 23 ans. En 1948, après le Conservatoire, Georges Leroy, son professeur, le présente à Jean-Louis Barrault. Il entre dans la célèbre troupe (il va y rester 20 ans). "Ma femme avait épousé un météorologiste et s'est retrouvée avec un comédien sur les bras. Ce n'est pas du tout ce qu'elle souhaitait (rires)."

C'est à cette époque qu'il début au doublage grâce à Julien Bertheau, sociétaire de la Comédie-Française, qui supervisait un doublage à la SPS (Société parisienne de sonorisation) dirigé par Henri Ebstein. Son premier rôle important à la synchro est pour le film Hoggar. "L'action se déroulait en Afrique avec des Touaregs. Le directeur de plateau, Gérald Devriès m'avait convoqué pour un rôle et m'avait conseillé d'apprendre le texte par cœur. Il y avait des "tunnels" de 10 à 15 lignes ! J'ai donc appris ce texte tout comme si j'avais à apprendre une pièce. Au moment de de l'enregistrement, j'ai découvert les deux autres acteurs qui doublaient avec moi : Jacques Dufilho et Louis de Funès ! Comme tous les acteurs du film avaient continuellement le visage voilé, on aurait pu se passer de faire attention au synchronisme (rires).

Vers 1950-1952, j'ai fait du doublage chez Lingua Synchrone, dirigée par Richard Heinz, avec mon camarade Bernard Noël. Heinz était quelqu'un de formidable qui dirigeait très bien. Il était parfaitement bilingue car d'origine anglaise. Il m'a fait doubler Anthony Quayle dans Les Canons de Navarone, Marlon Brando dans La Poursuite impitoyable, Toshiro Mifune dans Soleil rouge, Richard Harris dans Orca..."


Willliam Sabatier a aussi travaillé pour des films MGM dont les doublages étaient dirigés par Jacqueline Monchablon et Jacques Barclay dès la fin des années 50. Pour eux, il a doublé Jack Hawkins dans Ben-Hur, Trevor Howard dans Les Révoltés du Bounty...

Quelques années plus tard, William a prêté sa voix à Howard Keel dans la série Dallas et à John Thaw dans L'Inspecteur Morse. A ce propos, notre ami nous confiait : "L'acteur qui l'interprétait vient juste de décéder (en 2002). C'était une série anglaise formidable dont je n'ai pas compris les histoires d'ailleurs; elles étaient tellement compliquées..."

William nous confiait que ses meilleurs souvenirs de carrière étaient au théâtre pour la pièce Rhinocéros d'Eugène Ionesco, au cinéma pour Casque d'or de Jacques Becker (il est devenu ami avec Simone Signoret et Yves Montant), à la télévision pour La Locandiera ou encore Amoureuse Joséphine (il interprétait le rôle de Napoléon)...

Du théâtre à la télévision, en passant par le cinéma et le doublage, William a eu une riche et longue carrière. Aujourd'hui, il rejoint ses illustres amis Bernard Noël, Jean-Claude Michel, Henry Djanik, Roland Ménard et Marc Cassot. Ne les oublions pas.

(c) La Gazette du doublage - 2019