samedi 7 janvier 2017

Décès de Raoul Curet (1920-2016)

En ce début d'année 2017, nous apprenons le décès du comédien Raoul Curet. Après avoir commencé une carrière dans l'armée de l'air, la seconde guerre mondiale le fait se reconvertir en moniteur de culture physique puis, finalement, il suit les cours du Centre artistique et technique des jeunes du cinéma où il rencontre Gérard Philipe. En 1946, il se rend à Gennevilliers pour passer des essais pour la Columbia. Il est choisi par Serge Plaute pour doubler Glenn Ford dans Les Desperados (ce film a été redoublé depuis). Dans la foulée, Plaute le dirige pour la synchro de Gilda, film pour lequel il continue à prêter à l'acteur américain et donne la réplique à Raymonde Devarennes, la voix française de Rita Hayworth. Il continue à doubler Ford jusqu'en 1958. Par la suite, on lui confie surtout des rôles de moindre importance : Alec McCowen dans Frenzy (1972), Martin Balsam dans Le Crime de l'Orient-Express (1974), Richard Attenborough dans Brannigan (1975)...
Au sujet de la synchro, Raoul Curet confiait à Rémi Carémel du blog Dans l'Ombre des studios : « Moi qui suis méridional avec « la pointe d’ail » comme disait Plaute, je m’étais fait une spécialité des voix à accents. Je doublais les indiens, mexicains, tout ce genre de personnages. J’en ai fait à la pelle. C’était plutôt du tout-venant, alimentaire, mais ça m’amusait et ça me permettait de rester dans le milieu et de fréquenter de bons comédiens dans leur genre ».
Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Pour en savoir plus sur la carrière de Raoul Curet, nous vous invitons à lire le bel article/entretien publié sur le blog Dans l'ombre des studios : http://danslombredesstudios.blogspot.fr/2016/07/raoul-curet-rencontre-au-soleil.html

(c) La Gazette du doublage - 2017

mercredi 28 décembre 2016

Décès de Claude Gensac (1927-2016)

La comédienne Claude Gensac vient de nous quitter. Elle fait le cours Simon et sort du Conservatoire en 1947. En 1952, elle tourne pour Sacha Guitry dans le film La vie d'un honnête homme. La même année, elle épouse le comédien Pierre Mondy. Elle est connue du grand public pour être l'épouse à l'écran de Louis de Funès dans la série des Gendarmes à partir de 1967. Mais, ce que l'on sait moins, c'est qu'elle commence à faire du doublage dès les années 50. Elle prête sa voix à Sophia Loren dans Désirs sous les ormes (1958), dans L'Orchidée noire (1958) et dans Le Cid (1961). En 1962, elle est choisie pour doubler la méchante Reine dans le second doublage de Blanche Neige et les sept nains de Disney et en 1967, elle prête sa voix à la mère de Dustin Hoffman dans Le Lauréat.
Au terme d'une riche carrière qui mêle théâtre, cinéma et télévision, elle remonte une dernière fois sur les planches en 2008 pour La Perruche et le Poulet et, depuis 2012, elle interprète Yvonne, l'épouse de Michel Galabru, un autre "gendarme" dans la série Scènes de ménages. La boucle est bouclée.
Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

(c) La Gazette du doublage - 2016

jeudi 8 décembre 2016

Décès de Nadine Alari (1927-2016)

Lors du dernier Salon des séries et du doublage du 26 novembre, nous avions appris au public - grâce à notre ami Rémi Carémel - le décès de la comédienne Nadine Alari, grande figure du doublage, survenu deux jours plus tôt.

Comédienne renommée, Nadine Alari est née à Paris en 1927. Elle commence une carrière longue de 70 ans en jouant au théâtre "Hamlet" pour la compagnie Renaud-Barrault en 1946. La même année, elle est remarquée pour sa prestation dans le film de René Clément Le Père tranquille. Elle tourne également dans une trentaine de dramatiques à l'époque de l'ORTF.
A partir des années 50, Nadine Alari devient une voix célèbre au cinéma puisqu'elle double notamment Maureen O'Hara dans A l'abordage (1952), Eleanor Parker dans La Vallée des rois (1954), Kim Novak dans Sueurs froides (1955), Lauren Bacall dans La Femme modèle (1957), Sophia Loren dans Le Diable en collant rose ( 1960), Claire Bloom dans La Maison du diable (1963), Julie Christie dans Le Docteur Jivago (1965)… Dans les années 60, elle prête aussi sa voix à deux héroïnes des Bond : Sylvia Trench (Eunice Gayson) dans James Bond contre Docteur No (1962) et Tilly Masterson (Tania Mallet) dans Goldfinger (1964). Bien des années plus tard, elle devient la 3ème voix française de Judi Dench, alias « M » dans les 007 avec Daniel Craig, et le film SPECTRE (2015) est un de ses derniers doublages.
Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

(c) La Gazette du doublage - 2016

mardi 18 octobre 2016

Les Grandes voix du doublage : Michel Paulin

Le comédien Michel Paulin rejoindra Régine Blaess et Sylvie Feit à notre conférence dédiée aux Grandes voix du doublage le 26/11 à 14h00 au Salon des séries et du doublage.
Issu de la promotion 1961 du Conservatoire, Michel Paulin a beaucoup joué au théâtre. Depuis le milieu des années 60, il a participé à de nombreux doublages.
Pour le cinéma, il a prêté sa voix à Jack Nicholson dans Chinatown, Harvey Keitel dans Saturn 3, Sam Jones dans Flash Gordon, Fred Ward dans Retour vers l'enfer, James Fox dans La Maison Russie, Pete Postlethwaite dans Alien 3
Pour la télévision, il a doublé Ted Shackelford dans Dallas et Côte Ouest, Sam Waterston dans New York, police judiciaire notamment… Mais il a aussi participé vocalement aux séries L'Age de cristal, Les Têtes brûlées, Buffy contre les vampires et Desperate Housewives, sans oublier la narration du générique des Mystérieuses cités d'or.
Venez nombreux écouter un grand monsieur du doublage !

(c) La Gazette du doublage - 2016