dimanche 15 janvier 2012

DÉCÈS DE SERGE LHORCA (1918-2012)

Le 13 janvier 2012, le comédien Serge Lhorca a tiré sa révérence à 93 ans. Pratiquement aucun film à son actif, mais des rôles au théâtre, notamment en 1947-1948 dans L’archipel Lenoir, comédie en deux parties d’Armand Salacrou, mise en scène et interprétée par Charles Dullin. Pourvu d’une voix légère et juvénile qui ne s’est pas altérée avec le temps, c’est surtout dans la synchro qu’il s’est illustré après-guerre. On peut ainsi l’entendre sur Ramon Novarro dans Ca commence à Vera Cruz (1949) ou Earl Holliman dans Les faiseur de pluie (1956) et Le dernier train de Gunhill (1959). Doué pour les accents, il a souvent été « abonné » à doubler des bandits mexicains dans des westerns (Le fils du désert, Les géants de l'ouest) ou des individus d'origine latine (La femme modèle, La péniche du bonheur, Lucky Luciano).

Il a parfois suivi certains acteurs illustres sur plusieurs films, comme Jack Lemmon (L’adorable voisine, Spéciale première, Les grincheux), Roddy McDowall (La planète des singes, Les évadés de la planète des singes), Gene Wilder (Transamerica Express, Drôle de séducteur, La folie aux trousses, Nuit de noces chez les fantômes, Chéri, dessine-moi un bébé), ou encore Roy Scheider (The French Connection, Klute, Tonnerre de feu).

Il lui est arrivé aussi de doubler plus sporadiquement des personnalités aussi différentes que Frank Sinatra (Double dynamite), George Chakiris (La ragazza), Bruce Dern (Psych-Out), Giuliano Gemma (Méfie-toi Ben, Charlie veut ta peau), Robert Englund (Réincarnations), Michael Palin (Le sens de la vie). C’est aussi lui qui prêtait avec beaucoup d'aplomb sa voix à Enrique Irazoqui, l’interprète de Jésus Christ dans le film de Pier Paolo Pasolini L’évangile selon Saint Matthieu (1964). Dans un autre registre, on pouvait reconnaître aussi sa voix sur le Jedi Yoda dans Star Wars, épisode V – L’empire contre-attaque (1980) et Star Wars, épisode VI – Le retour du Jedi (1983). .

S’agissant des séries télévisées, il était inoubliable sur Fred Grandy, alias le Stewart Gopher dans La croisière s’amuse (1977-1986) et Daniel J. Travanti, alias le Capitaine Frank Furillo dans Hill Street Blues (1981-1987). Tout aussi à l’aise pour doubler des dessins animés, il était la première voix (avant redoublage) de la souris Speedy Gonzales des Looney Toons et faisait plusieurs Schtroumpfs (dont le bricoleur), dans la série animée du même nom. Pour paraphraser l’écrivain Amadou Hampâté Bâ qui disait qu’ « un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », un comédien qui meurt, c’est une cinémathèque qui brûle. Nous regrettons de ne pas avoir eu l’occasion de rencontrer Serge Lhorca pour l’entendre parler de son métier, qu’il exerçait avec un talent rare.

(c) La Gazette du doublage - 2012

Les voix françaises de Dracula... et de Van Helsing

La Gazette du doublage a contribué une nouvelle fois à un ouvrage des Editions Didier Carpentier. En effet, la collection "Stars de l'écran", dédiée aux plus grandes vedettes françaises ou étrangères, et maintenant aux personnages célèbres, s’est enrichie en septembre 2011 d’un nouveau titre écrit par Christian Dureau et intitulé Dracula, le "saigneur" des Carpates.

Après la rédaction des voxographies de Sean Connery (2006), Paul Newman (2007), Marilyn Monroe (2009) et de John Wayne (2010), La Gazette a rédigé un chapitre qui parle des voix françaises de Dracula (bien que ce dernier ne soit pas un grand bavard) et de celles de son ennemi juré, Van Helsing. Nous parlons donc du doublage des films des années 30 aux années 2000 et nous évoquons, entre autres, les comédiens qui suivent : Yves Furet, Duncan Elliott, Jean Davy, Jean Topart, Claude Giraud, André Oumansky, Boris Rehlinger...

Nous ne pouvons que recommander aux cinéphiles et voxophiles de se procurer cet ouvrage de 112 pages, richement illustré et documenté (prix : 18€).

(c) La Gazette du doublage - 2012

jeudi 22 décembre 2011

DÉCÈS DE PAUL-ÉMILE DEIBER (1925-2011)

Le 14 décembre 2011, le comédien et metteur en scène Paul-Émile Deiber, s’est éteint à 86 ans. Son nom demeurera associé à la prestigieuse Comédie Française qu’il rejoignit en 1944, avant d’en devenir sociétaire honoraire en 1972. C’est cette année qu’il incarna notamment Don Sallustre de Bazan (voir photo) dans Ruy Blas de Victor Hugo, d’après une mise en scène de Raymond Rouleau.

Doté d’une voix grave, aristocratique et cassante, il fut parfois sollicité à la synchro, principalement dans les années soixante, pour doubler des grands noms du cinéma étranger, comme Walter Matthau (Point limite, 1964), Paul Scofield (Un homme pour l'éternité, 1966), Spencer Tracy (Devine qui vient diner ?, 1967), Robert Mitchum (Cérémonie secrète, 1968), James Stewart (Attaque au Cheyenne Club, 1970). Ce fut lui qui doubla avec inspiration Ferdy Mayne, alias le vampire von Krolock dans Le bal des vampires (1967). Un acteur qu’il doubla de nouveau l’année d’après dans Quand les aigles attaquent (1968).

(c) La Gazette du doublage - 2011

lundi 31 octobre 2011

Jean AMADOU (1929-2011)

Le comédien et humoriste Jean Amadou nous a quittés le 23 octobre dernier. Cet homme fort sympathique nous avait reçus chez lui en 2007 et nous l'avions questionné sur sa carrière et sur le doublage en particulier. Nous vous proposons de lire ou de relire cet entretien :

Le talentueux Jean Amadou est né le 1er octobre 1929 à Lons-le-Saunier. Cet artiste polyvalent dont la voix est, grâce à Europe 1, une des plus connues de France, a commencé son métier en étant comédien. Dès le début des années 50, en parallèle à la scène, il fait du doublage de films et prête ainsi sa voix à de nombreux acteurs du grand et du petit écran. Rencontre avec ce chevalier des Arts et des Lettres qui sait mettre sa culture au service de l’humour.

La suite de cet entretien est à lire dans nos colonnes : http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4731

(c) La Gazette du doublage - 2011