jeudi 9 août 2007

Les quatre fantastiques et le Surfer d'Argent (Tim Story, 2007)

Disons-le, ce bien nommé Tim Story vient de concrétiser l'un des fantasmes ultimes, longuement suspendu, de l'ado seventies à tendance narcissique : visualiser sur pellicule dans un vrai film de genre (pas un cartoon, mister) la silhouette pathétique du grand Surfer d'Argent, le seul héros Marvel à unir Stan Lee et Shakespeare, le comic populo et la Tragédie Grecque. De ça on est reconnaissant, oh combien bouleversé, merci Tim, c'est un peu comme du Proust à Cabourg. Après, évidemment, numérique un rien cheap, il nous la porte assez plastoc et sa liquidité n'égale pas celle du T1000 anti-Schwarzenegger - il a dû manquer quelques kopecks et un bon designer. Heureusement, FF2 ne la joue pas pétarade, mais plutôt intimiste ; vous verrez comme ce film censé plaire aux sniffeurs de popcorn dilapide sa durée à explorer les frustrations casanières de la famille Richards dont on comprend vite que les tongs-barbecue leur excite l'hypophyse. Résultat incongru : un blockbuster très triste où l'on pleure pour des freaks privés de charentaises. Etonnant, non ?

samedi 4 août 2007

Ricky Bobby : Roi du circuit (Adam McKay, 2006)

Adam McKay, qui joue toujours pour l'écurie Apatow en compagnie de l'acteur-scénariste Will Ferrell, délaisse ici Ron Burgundy, présentateur-vedette, pour s'intéresser à la destinée picaresque d'un bradassé des stockcars, dans la vraie tradition américaine de la farce ironique à forte fragrance testostérone. Grand barouf vrombissant et burné qui nous ramène, jeunesse jeunesse, aux exploits du grand Burt, voire d'Evel, orchestrés sans complexe par l'ancêtre Hal Needham dans les nobles seventies. A peine relooké, ce bath courant déconno-bouseux (au passage anti-Bush) n'a rien perdu de son charme - on rigole (c'est même très drôle), ça décape côté american dream, les acteurs nous chahutent, Ferrell pole position, John C. Reilly grandiose et l'outsider Sacha Baron Cohen en français gay et snob qui vous cite William Blake avec un con d'accent. A l'arrivée, Will et Sacha se roulent une jolie pelle devant les barbies ébahies. Vavavoum !