Le nouveau film de Wes Anderson est en fait son premier film d'animation. Adapté du Fantastique Maïtre Renard de Roald Dahl (auteur a qui l'on doit également Charlie et la Chocolaterie mais aussi The Gremlins), ce nouveau film est un vieux rêve d'enfant, le réalisateur ayant eu pour livre de chevet ce héros canin, fier et courageux, qui ne manque pas de mettre au défi trois ignobles fermiers.

Afin d'en savoir plus sur ce très réussi Fantastic Mr.Fox, dont la version originale nous offre la voix d'un Georges Clooney à la fois animal et élégant, distingué et très suave : du sur mesure pour notre carnassier; nous avons rencontré Patricia Sourdes, animatrice française, réquisitionnée pour prêter main forte à l'oncle Sam. Une expérience enrichissante pour cette jeune réalisatrice qui, on l'espère, l'amènera vers de nouveaux projets.. fantastiques!


O.C : En ce qui te concerne tu as fait une école à Valence (?) , ensuite tu as bossé pour La prophétie des grenouilles? Racontes moi un peu ton parcours et comment tu en es arrivée à être contactée par l'équipe de Wes Anderson?

Patricia Sourdes : Alors là, je suis désolée de le dire, mais que des erreurs! Je n'ai pas fait d'école d'animation, j'ai fait un BTS audiovisuel en montage. Je suis formée pour être monteuse.
Je suis arrivée à Valence, à Folimage (ndlr : Studio d'animation crée en 1981 dans la Drôme, étant aujourd'hui une référence au niveau international), en stage. A ce moment là ils allaient débuter sous peu une nouvelle saison d'une série TV en volume qui s'appelle Hopital Hilltop.
J'ai vu les animateurs bosser, ça m'a plu, ils avaient besoin de monde, j'ai fait un bout d'essai et ça a marché. C'est vrai que pendant la même période, à l'étage du dessus ils réalisaient la Prophétie des Grenouilles. Mais c'est de la 2D, ce n'est pas la même technique.

Je suis encore débutante comme animatrice, et à mon niveau on est pas encore contacté pour travailler sur un film, on envoie son cv et sa démo et on passe des coups de fils...

O.C : Tu es partie à Londres courant 2008 je crois, et tu as pu te mesurer aux techniques anglo-saxonnes? Comment était-ce? Sont elles différentes?

P.S : Les techniques étaient différentes effectivement de ce que j'avais pu voir précédemment, mais ce n'est pas tellement leurs nationalités qui les rend différentes, c'est la dimension du projet.
Je suis passée de petits studios français de 20 à 40 personnes, avec un esprit familial et peu de moyens, à un énorme studio qui donne l'impression les premiers jours d'un labyrinthe, une équipe de plus de 200 personnes et une production américaine. Donc voilà, techniquement c'est le rêve, tu as tout le matériel dont tu peux rêver et ce que tu avais appris à faire par toi même, parce que dans un petit studio tu dois te diversifier, là il y a quelqu'un dont c'est le job qui le fait pour toi. Donc tu te concentres sur ton boulot et ton boulot uniquement. Waouh!!

Par contre la différence de nationalité se ressent plus au niveau de la production. On est plus là pour faire ce qu'on aime, se faire plaisir tout en faisant de la qualité, on est là pour travailler dur, et si t'es pas content tu vas voir ailleurs!

O.C : Tu m'as dis être un peu déroutée par le côté "vidéo-conférence" / vidéo/ travail de Hollywood.. ?

P.S : En fait cet aspect était propre à Mr Fox. C'est la première fois je crois, qu'un réalisateur décide de réaliser son film à distance, par mail et téléphone. C'était un choix de Wes. Pendant un an de tournage il a dû venir 10 jours à Londres.
Cela rendait les choses extrêmement lentes et frustrantes. Wes avait une idée très précise de ce qu'il voulait sur tout. Donc imagines que tu veux placer un objet au premier plan. Si le réalisateur est là il prend l'objet, il le place et on en parle plus. Mais par mail, tu lui envoies une 1ère photo, au bout de quelques heures il répond "non, l'objet plus à droite", tu déplaces l'objet, tu reprends une photo, remail, là il te répond " non, pas tant, un peu plus à gauche"....c'est sans fin, et ce procédé valait pour tout. Cela rendait tout le monde fou.
Le pire c'est qu'on à jamais su pourquoi Wes n'était pas sur place avec nous.

O.C : Pour moi et les lecteurs qui n'y connaissent pas grand chose en animation peux tu nous dire sur quelles techniques tu as travaillé sur ce film? Et qu'es ce qu'on t'as demandé de faire? Tu m'as dis avoir apporté des solutions techniques, qu'elles sont elles?

P.S : En gros, parce que sinon ça va être long, il y a 3 grandes techniques d'animation. La 2D ou dessin animé ( Disney à sa grande époque, la prophétie des grenouilles...)
la 3D ou animation par ordinateur ( Pixar )
le volume ou stop motion ( L'étrange noël de Monsieur Jack, Wallace et Gromit...)

Mr Fox c'est du stop motion. Et Wes a voulu du stop motion pur, à l'ancienne, sans intégration 3D. C'est ce pour quoi j'ai été embauchée au début . Trouver des solutions pour faire des effets sans ordinateur, avec des bouts de ficelles et des trucs de l'ancienne école. Comment faire du feu, de l'eau, de la fumée? Donc voila, après beaucoup de recherches, le feu dans le film est fait de flammes en savon sculpté par exemple!

O.C : Ce film est-il un pas en avant dans l'histoire de l'animation?

P.S : Pour moi il s'agit plutôt d'un pas en arrière, dans le bon sens du terme. La stop motion a son age d'or derrière elle, avec des films qui ont marqué l'histoire du cinéma assez ancien maintenant. La stop motion récente tendait à se tourner vers un aspect 3D pour faire plus moderne, comme les Noces Funèbres pour lequel il était difficile parfois de dire s'il s'agissait de stop motion ou pas.
Mr Fox renoue avec la stop motion de l'age d'or, prouve que c'est une technique à part entière qui n'a pas besoin de la 3D pour plaire. C'est aussi un vrai film d'auteur, ce qui manquait dernièrement en animation.

O.C : Tu sors de ce boulot tu dois être sollicitée? Quels sont tes projets? Où en es tu de ton film à toi?

P.S : L'animation volume est une petite famille qui tend à rester la même et à tourner de films en films et de pays en pays. Il faut du temps pour l'intégrer, il ne suffira pas d'un film.
Mon court métrage est toujours en finition et derniers détails. Mais il devrait voir le jour bientôt !