mercredi 31 mars 2010

Du coté de Bach Films

Alors que nous apprenons, un peu triste, la fermeture de Neo Publishing ( eux qui nous avaient réellement comblé avec leurs collections “Lucio Fulci”, “Giallo”, “Italie à main armée” – ma renaissance cinéphile ! ) nous avons voulu faire la lumière sur la collection Sérial Polar de chez Bach Films dirigé par l’incollable Stephane Bourgoin.

Lire la suite


lundi 22 mars 2010

Objectif Estomac

Jeudi 18 Mars :
Invité au restaurant Antoine à Paris, spécialisé dans le travail du poisson, pour une dégustation de Skrei (cabillaud supérieur provenant de Norvège), j’ai le bonheur de discuter avec le chef Mickaël Féval. En effet, malgré les exigences du lieu, j’ai cherché à creuser un peu dans ce jeune homme qui fit ses classes autant chez Bernard Loiseau à Seaulieu, qu’avec Eric Briffard au Plaza Athénée à Paris. L’homme aime à partir au large, accompagnant les pêcheurs dans l’éternité saline, loin des convenances qu’appelle un grand établissement parisien, c’est pour lui l’occasion d’ouvrir un Côte de Blaye à même le ponton, avec quelques fidèles mareyeurs, retrouver la petite magie authentique de l’amitié et s’en inspirer pour en laisser échapper, quelques centaines de kilomètres plus haut, un peu dans l’assiette.

Aussi, lorsque notre hôte, revenu des mers du Nord, nous dévoile son Skrei fumé aux baies de genièvres, nous plongeons dans le plus doux ésotérisme. Il nous semble que, tels les survivants d’une société trop pressée, nous serons les porteurs d’une véritable promesse de monde meilleur.

Que raconte une assiette, un verre de vin ?
Et de quoi se nourrit le cinéma ?
Questions auxquelles je m’agrippe vivement. Quelques éléments de réponses à travers des œuvres hédonistes : Quatre saisons pour un Festin, documentaire définitif sur GUY SAVOY ; Les Copains d’Yves Robert, Les Galettes de Pont Aven de Joël Sérria (science du comptoir et de la vie douce) et bien d’autres, mais là est ma cuisine, et je ne livre recettes que moyennant ballons, poulardes et fricandeaux feuilletés.

Restaurant Antoine : 10 Avenue de New York, 75016 Paris - Tél. : 01 40 70 19 28

jeudi 11 mars 2010

Un printemps Kitanesque

Approché dés 2005, Takeshi Kitano a attendu une actualité cohérente pour accepter l’invitation de la Fondation Cartier, et ainsi endosser l’autre visage de celui qui est plus connu comme animateur (l’équivalent de Vincent Lagaff) au Japon, que plasticien ou cinéaste.



Et c'est assez saisissant, durant une conférence de presse, de voir le clown Takeshi se redresser sur sa chaise et nous expliquer que son père, au sortir de la seconde guerre mondiale, plongé dans l'échec et la boisson, rentrait saoul et violent à la maison. Qu'il battait sa mère. Qu'il n'avait pas accepté de devenir peintre, ouvrier en bâtiment, lui autrefois artisan laqueur.
Dans les multiples activités de l'homme Kitano (chanteur, animateur, acteur, peintre, artiste contemporain, amateur de vin ou de science.. ) il est difficile de savoir si son travail d'artiste peintre n'aurait pas servi à venger son père, et que les coups de pinceaux, enlèvent - psychologiquement au moins - ceux portés à sa mère. Toujours est-il que dans la période précédent la production de Achille et la Tortue, Kitano - fort de 8 émissions télé par semaine, tout de même - trouva le temps de peindre quelques 200 toiles, dont quelques unes sont présentées dans cette exposition : Gosse de Peintre.

Achille et la tortue de Takeshi Kitano en salle actuellement.
« Beat Takeshi Kitano, gosse de peintre » du 11 mars au 12 septembre à la fondation Cartier.
« Takeshi Kitano l'iconoclaste, le cinéaste et l'acteur pour le grand et le petit écran», du 11 mars au 21 juin au Centre Pompidou.
« Kitano par Kitano » entretiens avec Michel Temman (éd. Grasset).

lundi 8 mars 2010

Soul Kitchen

Réalisé par l’allemand Fatih Akin, Soul Kitchen est une excellente comédie qui ne manquera pas de ravir les amateurs de Curtis Mayfield, les gourmands hédonistes, et toutes personnes pour qui la restauration est synonyme de fun, de sangria et d’alternatif.






Lire la suite


Réouverture de Movies 2000

Repaire du fantastique à la française, c'est au travers d'une dédicace d'Hélène Cattet et Bruno Forzani, réalisateurs d'Amer, que nous avons appris la réouverture du magasin Movies 2OOO.

Ayant vu défiler tout ce que la capitale connait d'amateurs de SF, horreur et Bis, depuis plus de 30 ans, nous étions bien triste de voir le rideau de cet établissement tiré. C'est dans ces murs que son propriétaire, Jean Pierre Putters, lança un petit fanzine du nom de Mad Movies. C'est ici également que se rencontrèrent Christophe Gans (Crying Freeman - Le pacte des Loups), Nicolas Boukhrief (Cortex, Les gardiens de l'ordre - qui sort ces prochains mois avec Cécile De France), François Cognard (aujourd'hui producteur de Amer) ou Christophe Lemaire (rédacteur à Rock'n Folk et Brazil) pour créer la revue Starfix.



Âmes collectionneuses, vous assouvirez en ces lieux toute votre curiosité - du fanzine Italien spéciale Damiano Damiani à l'affiche Robinson Crusoe on Mars de Byron Haskin - une version Bis française de l'ambiance Clerks ou Hight Fidelity !!

49, rue de La Rochefoucauld, Métro Saint-Georges ou Pigalle. 75009 Paris.
Ouverture de 14 h. à 19 h., du mardi au samedi.

jeudi 4 mars 2010

BIOSCOPE 3-23 Mars à l'Entrepôt

Rendez-vous était donné hier soir au cinéma l’Entrepôt (dans lequel officia Frederic Mitterand pendant une dizaine d’années), pour l’ouverture de la deuxième édition du Bioscope, le festival du cinéma Néerlandais à Paris. Initié par l’institut néerlandais, ce festival propose, sur 8 projections, de se faire un idée moins réductrice que le plat-pays-vendeur-de-tulipes-de polders-et-de-cannabis conventionnellement admis.

En cela étaient présents Rik Launspach (le sosie de Mickaël Madsen) et Marjolein Beumer, scénaristes de ce film d’ouverture : De Storm (2009), film catastrophe sur la tragique tempête qui frappa la région du Zeland en 1953, et qui est un des grands succès du box office locale.

Selon certains de mes informateurs (Christophe Lemaire), il serait bon d’assister la semaine prochaine à Spoorloos (L’homme qui voulait savoir) de Georges Sluizer, datant de 1988, d’autant plus que Johanna Ter Steege (débutant dans ce film, avant de devenir l’égérie Garrelienne que l'on sait) marraine de l’événement, viendra nous présenter cet étrange Last Conversation de Noud Heerkens (2009) qui vit s’équiper une voiture de 25 caméras pour capter une rupture relationnelle. Le tournage le plus court de l’histoire du cinéma puisqu’il ne prit que 150 minutes, soit 2 fois la durée du film. Tour de force pour l’actrice, qui mérite sûrement la fascination que lui portait un inconnu, humble cinéphile : Stanley Kubrick.

Rendez vous Mardi 9 Mars pour Last Conversation 19h50 & Spoorloos 21h50 au cinéma l'Entrepôt. Paris 14éme.

lundi 1 mars 2010

Une Encyclopédie des Films Francais de 1929 à 1979

Permettant de nous déculpabiliser d'avoir rater les 5 dernières saisons du Cinéma de Minuit, Armel de Lorme est un peu la version orthodoxe de Patrick Brion. Au cycle "Un certain aspect du cinéma français", l'auteur de l'Encyclopédie des Films Français de 1929 à 1979 aura préféré la version intégrale. Du DVD glané dans les arrières boutiques de la firme Pathé, aux VHS échangées sous le manteau, d'obscurs Couzinet en douces découvertes, Armel de Lorme fait revivre 50 ans de notre cinéma au travers d'un travail érudit et ludique. Rencontre avec ce jeune cinéphile, alors que sort le deuxième tome de cette ambitieux travail.

Lire la suite