" Hip hip hooray - Mary Sweeney just won best editor at the British Academy Awards for Mulholland Drive. " C’est par cette réplique enthousiaste que David a annoncé sur son site la victoire de Mary Sweeney aux équivalents anglais des Oscars dans la catégorie du meilleur montage. Angelo Badalamenti était également nommé pour sa partition, mais comme aux Golden Globes un mois plus tôt, c’est une nouvelle fois Craig Armstrong qui a remporté le trophée pour la bande originale de Moulin Rouge.

Etrangement, la remise des Bafta (pour British Academy of Film & TV Arts) ressemble peu ou prou à une répétition grandeur nature, le faste en moins, de la cérémonie des American Awards. Hormis l’actrice britannique Judi Dench, récompensée pour sa prestation dans le film Iris, ces Oscars anglais n’ont effectivement été attribués qu’à des productions américaines, ce qui ne peut que laisser perplexe si l’on sait que ce n’est que la seconde fois que cette Cérémonie se déroule avant la remise des trophées hollywoodiens pour justement tenter de sortir de son ombre : Le Seigneur des Anneaux a été désigné meilleur film et a valu à Peter Jackson deux autres distinctions, en plus de celle de la mise en scène, les autres prix se répartissant notamment entre Moulin Rouge, A beautiful mind et Gosford Park (Amélie Poulain a également ajouté à son escarcelle les prix du meilleur scénario et du meilleur décor). Paradoxale fête du cinéma britannique, où les récompenses plus secondaires (ou moins populaires), comme celle du meilleur montage justement, ont de plus été reléguées en deuxième partie de soirée lors de la retransmission télévisée, dans un digest expéditif et en différé de la cérémonie...