Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

QUI SONGE A LA DOUCEUR ?
d’Isabelle Coudrier
Par Nicolas JOURNET

SYNOPSIS : Naud le quincaillier ne veut rien entendre, alors qu’il parle. Quand la réalité finalement l’assaille, son univers familier et rassurant bascule. A moins que ce ne soit monsieur Naud lui-même qui doucement s’absente ?...



LA TETE DANS LE VIDE

Serge Riaboukine est un acteur assez exceptionnel. Souvent remisé dans des seconds rôles sur grand écran, l’acteur trouve avec Qui songe à la douceur ? une belle occasion de montrer qu’il peut jouer autre chose que les faire-valoir. Il construit un personnage quasi surréaliste, entraîné dans la folie ou replongé en enfance - ça dépend de son interprétation - par une tumeur au cerveau qui le condamne à plus ou moins court terme. Tout le film tourne autour de cet acteur au physique massif qui détient en lui une sensibilité hors du commun et qui la transmet dans des interprétations complexes.

Dans Qui songe à la douceur ?, Serge Riaboukine peut s’appuyer sur un scénario plutôt original, construit comme une série de séquences un peu dingues. Les dialogues sont bien écrits et les situations presque dérangeantes par la leur folie latente. Ces qualités d’écriture ne surprennent pas vraiment vu les dispositions affichées par une Isabelle Coudrier qui a collaboré à l’écriture de J’embrasse pas d’André Téchiné, et des futurs La Bande à Bonnot de Florent Siri et Troubles de Harry Cleven. Dans un métier de scénariste où les papys font de la résistance, il est toujours rassurant de voir des plumes apparaître, d’autant plus quand celles-ci présentent un ton intéressant.

Côté réalisation, Qui songe à la douceur ? est un peu moins convaincant, plus classique en tout cas. Globalement, le film repose sur un rythme trop décousu. Les scènes se succèdent sans véritable lien. C’est quelque part le but du jeu, mais à, la longue, ce système a quelque chose de lassant. L’entrée en scène d’Anne Alvaro, tout aussi hallucinante que Serge Riaboukine, relance l’intérêt du film, mais ne parvient pas à faire vraiment décoller le film d’Isabelle Coudrier. Qui songe à la douceur ? est un moyen métrage plutôt pas mal, cependant il manque encore de maîtrise pour clouer le spectateur au siège. Mais, quitte à faire son médium de fête foraine, il y a beaucoup à penser qu’Isabelle Coudrier devrait rapidement passer la vitesse supérieure.






Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir



 


Titre : Qui songe à la douceur ?
Réalisation : Isabelle Coudrier
Scénario : Isabelle Coudrier
Image : Bernard Chambertin
Son : Alain Curvelier
Montage : Stéphane Richter
Interprétation : Serge Riaboukine, Anne Alvaro, Benoît Giros…
Production : FilmOblige
Format : Couleur, 35 mm
Durée : 45 min
Année : 2003