Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

BICH-QUÂN TRAN
Directrice
et co-fondatrice
de Blaq Out
Entretien réalisé
à Paris en 2004
Par Guillaume SERRES

Bich-Quân Tran est issue des métiers de l’édition vidéo et de la distribution cinéma. À l’automne 2002, elle co-fonde avec Isabelle Dubar la société Blaq Out, qui s’est officiellement rapprochée depuis 2003 de producteurs associés au sein de la structure Le Meilleur du Cinéma français.

Petite visite dans les locaux communs aux deux entités, rue Charlot, dans le IIIe arrondissement, afin de discuter de l’édition DVD chez Blaq Out, de l’orientation axée sur le cinéma d’auteur de la société, privilégiant les films d’art et essai, les œuvres présentant un intérêt patrimonial...



Objectif Cinéma : Quel a été votre parcours et à présent quels sont votre poste et vos activités au sein de l’entreprise Blaq Out ?

Bich-Quân Tran : Pour ce qui est du parcours, je viens de la vidéo. J’étais chez Warner Home Video auparavant. J’ai lancé notamment la collection Kubrick en DVD, je m’étais occupée aussi des coffrets collector Ben-Hur ou de la sortie de Superman...

Je venais aussi de la distribution cinéma, puisque j’ai travaillé chez ID Distribution, une société de distribution de films d’art et essai. J’ai pu ainsi voir deux pans du métier. D’une part la vidéo - avec en son sein les blockbusters contrebalancés à un moment donné par Kubrick ou Ben-Hur, par des auteurs de toute façon reconnus ou des films de patrimoine, et un cinéma d’auteur contemporain -, d’autre part le cinéma d’art et essai. Je trouvais que c’était un petit peu dommage de ne pas pouvoir donner une deuxième vie à des films pour des raisons somme toute structurelles.

C’est en travaillant chez ID Distribution que j’ai connu Isabelle Dubar, la fondatrice de la société, qui, de la même façon, n’était pas forcément satisfaite de l’édition en vidéo de ces films, confiés à d’autres éditeurs ou qui, pour certains titres, n’avaient carrément trouvé personne. En travaillant chez ID Distribution, j’ai lancé La Leçon de Tango de Sally Potter, en VHS, qui a très bien marché. C’était un film attendu, qui avait une cible spécifique et qui donc, par essence, est un film de catalogue qui va se vendre toute l’année, contrairement aux blockbusters qui ont en fait une durée de vie limitée aux trois premiers mois.