Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     






 

 

 

 

CATHERINE DENEUVE
Comédienne
Par Isabelle VAUTIER


LA TORNADE BLONDE

Catherine Deneuve a commencé sa carrière en nouant une cravate dans un plan d’ensemble du film d’André Hunebelle Les collégiennes (1957), dans lequel sa petite sœur Sylvie tenait un second rôle. Sa motivation alors : gagner de façon agréable un peu d’argent de poche pendant l’été. La jeune Catherine est une rêveuse dont l’avenir était d’être dans la lune, et pas en qualité d’astronaute, comme l’actrice l’a dit plus tard avec humour. Elle déteste se déguiser ou jouer à des jeux, et n’a aucune vocation pour le cinéma, contrairement à sa sœur Françoise Dorléac, dont elle interprète en 1960 la sœur dans Les portes claquent. C’est grâce à la coiffeuse de ce film que Mel Ferrer l’engage dans L’homme à femmes, où Jacques Demy la remarque. La suite est bien connue : la palme d’or à Cannes en 1964 pour Les parapluies de Cherbourg en fait une star, et marque le véritable début d’une carrière éblouissante.

Son parcours est en effet exceptionnel dans le cinéma français : des films majeurs dans toutes les décennies, plus de 25 films ayant dépassé le million d’entrées, deux palmes d’or à Cannes (Les parapluies de Cherbourg » en 1964, Dancer in the dark en 2000), 9 nominations aux Césars et deux statuettes (pour Le dernier métro en 1981 et Indochine en 1993), une multitude de prix internationaux, presque cinquante ans sans traversée du désert ni remise en cause de son statut de star. Cependant, elle ne supporte pas qu’on la surnomme « la grande dame du cinéma français », car elle ne veut pas être une dame, et encore moins une grande !

A une journaliste qui lui posait la question rituelle « comment la star que vous êtes aujourd’hui voit-elle la petite fille que vous étiez ? », elle répond « le problème, c’est que la petite fille que j’étais, elle est toujours là... ». Aujourd’hui, cette petite fille entrée dans le cinéma par hasard ne peut plus imaginer s’en éloigner. Son modèle, c’est sans doute Danielle Darrieux, sa mère de cinéma à quatre reprises (L’homme à femmes, Les demoiselles de Rochefort, Le lieu du crime, Huit femmes), qui à 87 ans illumine encore de sa grâce les plateaux de cinéma.