Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

THIBAULT
DE SAINT-PÈRE

Directeur général
de One Plus One
Entretien réalisé à Paris
le 5 mai 2004
Par Guillaume SERRES

Thibault de Saint-Père évolue dans les métiers du cinéma depuis plus d’une décennie. Assistant-réalisateur et directeur de production sur de nombreux films de 1989 à 1992, il fonde cette dernière année Monde Ouest Productions, une société dédiée à la production documentaire et publicitaire. Créateur en 1996 de Bande à Part Productions, il s’occupe ainsi de la production de longs-métrages avant de lancer en 2001 One Plus One, structure officiant dans l’édition vidéo et le négoce de droits audiovisuels. C’est dans les bureaux de cette dernière société, située dans le VIIIe arrondissement de la capitale, que Thibault de Saint-Père nous reçoit pour parler du choix, de l’élaboration et de la commercialisation des DVD chez One Plus One...



Objectif Cinéma : Quel a été votre parcours et, à présent, quels sont votre poste et votre activité au sein de One Plus One ?

Thibault de Saint-Père : En fait, j’ai plusieurs structures, dont une, Bande à Part, qui est dédiée à la production de films de long-métrages. Je suis donc issu du terrain. J’avais une autre structure avant qui s’appelait Monde Ouest Productions et qui faisait du documentaire et du film publicitaire. J’ai créé One Plus One, il y a maintenant deux ans. C’est une structure commerciale qui a pour vocation d’intégrer les différents métiers de commercialisation d’un film. J’en suis le créateur et l’animateur, c’est donc moi qui la dirige et qui assume tout ce qui concerne la supervision générale.

Objectif Cinéma : Pouvez-vous nous présenter le nombre de vos collaborateurs, les tâches qui sont internalisées directement dans votre société ?

Thibault de Saint-Père : On a un profil un peu particulier chez One Plus One. Il y a déjà différents métiers qui se développent au sein de la structure : une cellule d’édition, avec une directrice marketing (mon épouse) et une personne chargée des acquisitions, de la « traque » des films que l’on prend dans notre catalogue d’éditeur ; une cellule commerciale, qui nous permet d’assumer nous-mêmes la distribution de nos produits sur le terrain, avec à sa tête Nicolas Chabert qui a sous sa responsabilité quatre commerciaux et une secrétaire commerciale ; une cellule de vente internationale et de négoce de droits audiovisuels, avec trois personnes qui font des ventes télé, en France ou à l’étranger, À partir d’un catalogue d’environ 200 ou 300 films d’animation ou de court-métrage ; enfin, il y a un directeur administratif et financier, une comptable et moi-même, pour toutes les fonctions transversales servant à appuyer l’activité de chacun.