Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LA NEUVIÈME CONFIGURATION
de William Peter Blatty
Par Matthieu CHEREAU

SYNOPSIS : Au milieu d’une forêt de la côte est américaine, se trouve un château à l’architecture gothique, abritant un hôpital psychiatrique militaire. Les patients, tous des officiers de l’armée, ont participé de près au conflit vietnamien. Le colonel Hudson Kane est mandaté par le Pentagone pour déterminer la nature et l’origine de ces maladies, qui ont privé l’armée de ses meilleurs éléments. Kane va découvrir un univers fantastique et étrange...



POINT DE VUE

Ce film au premier abord n’a rien pour lui. L’affiche sur la jaquette en ferait se détourner plus d’un, tout comme d’ailleurs la séance introductive - pensez-vous une lune en carton-pâte qui se lève derrière une fusée en papier. Et puis on joue le jeu, même si cette histoire de soldats américains enfermés dans un asile qu’on dit en Amérique, mais qui se trouve manifestement en Europe centrale, est d’emblée très douteuse. Bref, l’on se dit que si l’Américain qui a pondu ça s’est donné la peine de faire le voyage jusque-là, c’est pour - on espère - une bonne raison.

Au début donc, le scepticisme est de mise. L’intrigue balance tantôt du côté de l’absurde - les fous font les fous - tantôt du côté de la religion - les fous s’avèrent être intelligents. Le film claudique quelque peu. Et puis le personnage principal se précise : le psychiatre arrivé sur les lieux, s’avère être également un malade mental. Vétéran du Vietnam, assassin sanguinaire, il est persuadé que sa guérison passe par celle des autres. D’où sa présence à l’asile. Au gré des conversations qu’il a avec les autres malades, il ressort qu’il pense également comme eux, que la guerre, pour lui comme pour les autres, a tout remis en doute. La guerre inaugure une remise en doute fondamentale de tout, à commencer par Dieu et l’homme. L’idée du film est simple : pour racheter l’homme, le psychiatre fou - qui croit en Dieu - s’improvise altruiste, humaniste. Il se rachète lui-même et avec lui le reste des hommes.