Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

FESTIVAL
D’AUBAGNE 2004

Compte-rendu
Par Nicolas MATHIEU

BOWLING FOR AUBAGNE

Un peu d’histoire

1991 : Première édition du festival Méridien à Aubagne, ancêtre de la manifestation actuelle. Depuis, grand virage en direction de la jeune création. Initialement consacré à la vidéo, ouverture progressive à l’animation, au court puis au long métrage de fiction et au documentaire.

2000 : Premier Festival International du Film d’Aubagne organisé par l’association Alcimé. L’accent est mis sur le processus d’écriture musicale pour l’image.

2003 : Séduits par cette démarche et la qualité de la programmation, le CNC et la SACEM décident de soutenir le Festival.



J’AI HORREUR DE L’HIVER

Cet été, comme tous ses prédécesseurs, fut trop court. Et l’on a beau aimer le cinéma, consumer son temps dans les salles obscures, ce deuil est à chaque fois un moment d’épouvante minuscule, un seuil qu’on franchit à regret, qui vous met le moral en pente et vous blêmit l’épiderme. Aussi, lorsque Objectif Cinéma m’offre d’aller couvrir le Festival International du Film d’Aubagne, je ne tergiverse guère. Je me jette illico sur le téléphone. Renversant au passage colonnes de bouquins, disques épars, piles de linge douteux et cendriers gavés, sacrifiant même l’un de mes orteils dans l’angle cruel d’une table basse. Alléluia ! C’est la poudre d’escampette, l’échappée belle, Paname abandonné derrière moi, enfin partir.

« Les films avancent comme des trains, tu comprends, comme des trains dans la nuit. » La Nuit américaine, François Truffaut (lundi 04 octobre)

Dans le TGV, le regard mélancolique de Françoise Sagan m’épie en couverture du dernier Paris Match. Dans mon fauteuil, je songe que tout est simple, élancé et droit comme le tracé de cette ligne ferroviaire. Au bout m’attendent des événements, des rencontres, des films et peut-être, qui sait, le vent salubre, les filles jolies, les découvertes imprévues qui font le prix des voyages qu’on a pris soin de ne point trop organiser. Monsieur le Cinéma s’est invité en Provence, m’y a donné rendez-vous. Il doit s’y rendre en habit juvénile, pleine jeunesse, pieds nus, tête échevelée, tout bardé de premiers films, d’essais transformés, de tentatives avortées.