Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ATTENTION
DANGER TRAVAIL

de Pierre Carles,
Christophe Coello
& Stéphane Goxe
Par Damien STROKA

SYNOPSIS : Une dizaine de chômeurs et chômeuses racontent pourquoi et comment ils ont décidé de ne plus aller travailler. Après avoir fréquenté plus ou moins longtemps le monde du travail, ces hommes et femmes ont fui l’usine, l’entrepôt ou le bureau, bien décidés à ne plus accepter les règles de la guerre économique contemporaine. Loin de l’image du chômeur accablé et déprimé, ces "sans-emploi qui n’en demandent pas pour autant", expliquent ouvertement pourquoi ils cherchent à s’épanouir en dehors du monde du travail, avec peu de ressources mais en disposant de temps à profusion...



POINT DE VUE

Attention Danger Travail est un film contre son temps. À l’heure où un nouveau sens commun économique et politique triomphe sans complexe - et sans entraves -, Carles, Coello et Goxe tentent de faire entendre un autre son de cloche.

Tout commence par une question, simple et déroutante : peut-on penser la vie en dehors de l’activité salariale et, plus généralement, en dehors du travail ? Y a-t-il un bonheur qui ne soit pas justifiable du travail ? L’interrogation frise l’utopisme : économiquement douteuse, la perspective serait également invalidée par l’expérience psychologique du chômage. L’absence d’activité travaillée et salariée génère de l’angoisse : rongé par la culpabilité, mis au ban de la société, vidé en quelque sorte de son être social, le chômeur est une machine productrice de mal être...

En donnant la parole aux « déserteurs du marché de l’emploi » et autres « rescapés de la guerre économique », ADT tente pourtant de tordre le cou à cette vision doloriste du chômage. Ou comment le refus de l’exploitation permet de dévoiler la jouissance du temps retrouvé, ce temps et cette jouissance jusque-là confisqués par l’activité de travail.

Le film s’ouvre sur Pierre Carles alpaguant Claude Allègre (ancien ministre néo-socialiste de l’Education nationale sous Jospin) pour lui demander ce qu’il pense de l’attitude des gens qui refusent le salariat précaire (« le travail dégradé et dégradant », comme le dit dans le film le sociologue Loïc Wacquant). Allègre, dont on pouvait penser, eu égard à sa famille politique, qu’il avait quelque sympathie pour les couches populaires, répond d’un définitif « c’est idiot, totalement idiot ». L’image est éloquente : en deux répliques, l’homme qui murmurait à l’oreille du mammouth vient de signifier, s’il en était besoin, l’adhésion des socialistes français à la doxa dominante...