Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

SYLVIE PRAS
A propos de la rétrospective Peter Watkins
Propos recueillis en juillet 2004
Par Stéphanie SENET

« NOUS AVONS VOULU PRENDRE CE RISQUE »

La très grande majorité des films de Peter Watkins ont pu être projetés au festival de La Rochelle en version originale sous-titrée en français. Une première en France. Sylvie Pras, directrice artistique du Festival international du film de La Rochelle et responsable de la programmation cinéma du Centre Georges Pompidou à Paris, explique ce choix.



Objectif Cinéma : D’où est venue l’idée de cet hommage à Peter Watkins ?

Sylvie Pras : Elle est née du mouvement des intermittents qu’on a connu à La Rochelle pendant l’été 2003. Chaque jour, la tenue du festival était remise en cause par le vote de l’assemblée générale des intermittents et c’est à cette occasion que René Claude Giraud, le directeur artistique du Théâtre de la Ville en Bois (1), nous a parlé du film La Commune, de Peter Watkins. Pour lui, l’état d’insurrection qu’on vivait lui rappelait celui décrit par le film. Et il a souhaité rendre hommage à Peter Watkins en programmant ce film en 2004. De fil en aiguille, on a rencontré l’équipe de Co-errances (2) et nous avons appris qu’aucune rétrospective n’avait jamais été organisée. Nous avons trouvé cela injuste et avons pensé qu’il était important de montrer l’œuvre dans son intégralité.

Objectif Cinéma : A-t-il été difficile de récupérer les copies ?

Sylvie Pras : Nous avons fait marcher nos réseaux auprès de plusieurs cinémathèques, en Suède, à Toronto, Londres et Paris. Nous avons également récupéré une copie neuve de La Bombe auprès d’un distributeur français. Et puis on a commandé les sous-titres et c’est Patrick Watkins, le fils du cinéaste, qui a réalisé les traductions. Mais nous avons eu aussi quelques problèmes. La copie suédoise du Libre penseur comportait 45 minutes de plus que la version finale montée par Peter Watkins, si bien qu’à la demande de celui-ci, nous n’avons pas projeté le film. Et puis nous n’avons retrouvé aucune trace de The Web, qui est le tout premier court métrage de Peter Watkins, réalisé en 1954, ni de The Trap, un long métrage réalisé en 1975.