Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

MARKET IT
L’affiche du film
L’Enquête corse
Par Nicolas JOURNET

COUPER COLLER

Les signatures les plus prestigieuses de la bande dessinée apparaissent régulièrement sur les murs de nos métropoles hexagonales. Non pas pour défendre le neuvième art, mais plutôt le septième, en se chargeant de la conception d’affiches de films en voie ou en cours de sortie nationale.



Ainsi, Tardi a réalisé les affiches de Et vogue la navire de Fellini, de Cookie’s Fortune d’Altman, et, son chef d’oeuvre en terme d’encart cinématographique, l’affiche d’Uranus de Berri. Floc’h s’est spécialisé dans les films d’Alain Resnais, avec dernièrement celle de sa comédie musicale Pas sur la bouche. Et, avant de passer derrière la caméra, Enki Bilal a dessiné les affiches de Mon Oncle d’Amérique, La Vie est un roman, Le Pays où rêvent les fourmis vertes.

Bref, L’Enquête corse devant être adaptée au cinéma, il apparaissait plus que logique que son auteur, Pétillon, soit le créateur de l’affiche de cette grosse production co-signée Gaumont et Légende. La perspective en était même alléchante puisqu’un artiste doué d’un univers propre allait pour une fois pouvoir supplanter les habituels infographistes anonymes passer maîtres dans la réalisation de bouilles visuelles.

Manque de chance, le résultat s’avère assez catastrophique. L’affiche de L’Enquête corse, apparue dès la fin de l’été 2004 dans les couloirs du métro parisien, est en effet de celles qui attirent le regard non pas par leur joliesse, mais par leur excès de laideur. Comme l’on observe un monstre anatomique pour se convaincre que tant de disgrâce est bien réelle, le promeneur s’attarde devant elle pour tenter de comprendre comment cette mocheté de concours a pu bien pu voir le jour.

De cette étude visuelle, il en ressort rapidement que le problème ne vient pas d’une construction somme toute très classique. Le duo d’acteurs - Jean Réno et Christian Clavier - voit leurs patronymes respectifs inscrits en haut de l’affiche. Ecrits en lettres blanches sur fond bleu, difficile de les rater et de ne pas comprendre que le film va reposer tout entier sur leur numéro de duettistes déjà connu et reconnu par le public après Les Visiteurs et Opération Corned Beef.