Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

affiche de Christian Blondel
FANTASTIC’ARTS 2005
Compte rendu du
Festival du film fantastique
de Gérardmer
Par Donald JAMES

Que s’est-il passé à Gérardmer ? Alors que la riche édition 2003 laissait derrière elle plusieurs films d’une immense qualité dont Dark Water de Hideo Nakata, May de Lucky McKee, alors que l’année 2004 laissait le souvenir d’une trêve traversée par l’animation asiatique, l’édition 2005 n’a pu au mieux présenter en compétition qu’une série de petits crus.

Sur place la presse régionale locale, d’ordinaire si peu amène sur le terrain de la critique se fit l’écho d’une crise larvée. L’Est Républicain parlait d’un festival où l’on s’ennuie. Les Dernières Nouvelles d’Alsace écrivaient de leur côté, à propos de la compétition qu’il suffisait de venir à Gérardmer sur les deux derniers jours et considérait Trouble de Harry Cleven, le grand prix de cette année, comme un film à « l’esthétique compassée ».



SANS GRACE

"Trouble", Harry Cleven, 2004Les films en compétition, il est vrai, n’ont pas réussi à convaincre.Après Abracadabra et Pourquoi se marier le jour de la fin du monde ?, Trouble le troisième long métrage franco-belge d’Harry Cleven met en scène Natacha Régnier aux côtés de Benoît Magimel. Mathyas et Claire partagent une vie heureuse avec leur fils Pierre. Un matin Mathyas reçoit un courrier où il apprend la mort de sa mère... qu’il croyait déjà morte. Chez le notaire, il rencontre son frère jumeau dont il ignorait l’existence. Puis il comprend que son père est encore en vie.Trouble enchâsse, scène après scène, des retournements extrêmes et des sujets aussi complexes que l’absence de désir dans le couple, la gémellité, la transsexualité, l’inceste et les schizes qui peuvent s’installer dans l’enfance... Si les effets spéciaux autour de Magimel sont impeccables, la construction de son rôle ressemble à une foire d’empoigne. La belle Natacha Régnier de son côté retrouve une fois encore, après Le Silence d’Orso Miret, la case de la femme rangée dans la maison. Une mise en scène sobre collée aux visages sert de crème à cet éclair chocolaté en forme de tunnel au bout duquel se trouve un énorme camion de pompier. Le sujet a-t-il glissé des mains du réalisateur comédien Harry Cleven ? Que venait faire ce psychodrame de reconquête du Rosebud dans un festival Fantastique où les festivaliers crièrent à la trahison ? Autant de questions sans réponses sinon qu’il reçu le Grand Prix cette année.