Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     






 

 

 

 

HUMBERT BALSAN
LE BEAU "PIRATE"

Producteur, acteur
Par Bernard PAYEN

Deux ans après la mort de Daniel Toscan du Plantier, la nouvelle du suicide d’Humbert Balsan le 10 février 2005, jour de l’ouverture du festival de Berlin, a tout autant abasourdi. On peine encore à le croire.



Producteur enthousiaste et défricheur, l’homme était joyeux, ouvert, loquace. C’était un type qui ne se la jouait pas. Prenant le temps de vous saluer ou de discuter avec vous, même si vous ne l’aviez croisé que furtivement. Surtout, il était l’un des derniers producteurs à prendre vraiment des risques, à relever des défis, à militer, à s’engager.

Il avait produit une cinquantaine de films, dont un certain nombre via sa société, Ognon Pictures. Parmi eux, des oeuvres mémorables. La plupart des films de Youssef Chahine depuis Adieu Bonaparte en 1984, trois fabuleux longs métrages de Yousri Nasrallah (Mercedes, La ville, La porte du soleil).

Capable de faire le grand écart entre un policier de Francis Girod (Mauvais genres), un portrait de Rembrandt par Charles Matton, et les oeuvres crues de Nicolas Sornaga (Le dernier des immobiles) ou C.S.Leigh (Process) qu’il avait coproduit, Balsan avait révélé aussi de jeunes cinéastes comme Sandrine Veysset (Y aura t-il de la neige à Noël, grand succès public et critique en 1996) ou Philippe Faucon (L’amour, 1990). Mieux, il les accompagnait, en produisant leurs films suivants. Le tout avec constance et panache. Au deuxième semestre 2004 étaient sortis deux de ses dernières productions. Quand la mer monte, de Yolande Moreau et Gilles Porte, sur la tournée mélancolique d’une artiste dans le Nord de la France, avait remporté l’adhésion du public. Le grand voyage d’Ismaël Ferroukhi est un film bouleversant, sur un fils accompagnant son père en pèlerinage à La Mecque. D’autres films allaient sortir (L’intrus de Claire Denis, Travaux de Brigitte Roüan) ou étaient en tournage (L’homme de Londres de Bela Tarr, d’après Simenon).

Avec Paolo Branco (Gemini) et Gilles Sandoz (Agat), deux autres producteurs indépendants et déterminés, il avait créé en 2003 une structure commune de production et de distribution, « Les Films Pirates », avec le but de produire des oeuvres ambitieuses à faible coût. Un label dont bénéficia notamment Mimi, le formidable film de Claire Simon sur une femme en errance à Nice, revenant sur ses souvenirs.

Humbert Balsan, qui avait débuté comme acteur, promenant sa fierté de jeune premier sur les destriers de Lancelot du Lac de Robert Bresson (1973) laisse derrière lui l’image d’un pirate flamboyant, au meilleur sens du terme, celle d’un aventurier du cinéma, tentant jusqu’au bout de faire face aux difficultés économiques croissantes d’une production indépendante bien malmenée. Sa mort résonne aussi comme un signal d’alarme.






Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir