Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

UNDEAD

de Michael
& Peter Spierig
Par Guillaume SERRES

SYNOPSIS : Berkeley est un charmant et paisible village australien de pêcheurs. Mais un jour, des météorites transforment tout être vivant qu’elles touchent en un zombie assoiffé de sang. Une poignée de survivants se réfugient dans une vieille ferme prise d’assaut...



AUSSIE RULES

Quand il n’y a plus de place en enfer... les morts reviendraient au pays des kangourous ? Faut croire ! Et pas pour jouer du didgeridoo. Ce film de zombies a beau être australien, il n’impose pas de nouvelles règles du genre. Le fait de venir d’Océanie fait automatiquement penser aux débuts du Néo-Zélandais Peter Jackson, plus particulièrement à Bad Taste (1987), tourné sur quatre ans dans des conditions encore plus précaires qu’Undead (budget d’1 million de dollars australiens pour ce dernier tout de même). Il y a douze ans, Philip Brophy avait déjà donné avec Body Melt une « réponse australienne », selon Mad Movies, au gorissime Braindead de Jackson (1992).

Là, les jumeaux Spierig ne semblent pas vouloir se lancer dans la rivalité inter-Commonwealth, mais cherchent plutôt leur inspiration du côté de George A. Romero. De là à singer un genre nord-américain et un cinéaste new-yorkais ? Les morts-vivants sont tantôt lents, tantôt vifs comme dans la récente Armée des morts de Zack Snyder (Dawn Of The Dead, 2004). Les plans sont parfois mal cadrés, les parodies de l’effet Bullet Time à la Matrix un peu démonstratives et dans l’air du temps. Le réalisme n’est pas au rendez-vous, ce qui n’est pas gênant en soi pour un film fantastique. Le problème est le jeu approximatif des acteurs, enfoncé par un rythme - dont on se gardera bien de la qualifier hâtivement d’« australien » - pas toujours soutenu, même dans les scènes d’action. L’histoire traîne en longueur, alors qu’elle n’avait peut-être pas besoin d’être traitée sur deux heures. L’humour potache ne prend pas forcément.

Scénaristiquement, les frères Spierig s’éloignent du postulat magique du zombie movie (vaudou...) pour s’orienter vers une explication scientifique (météorites...), tout en débordant dans l’ufologie.